Taxation des poids-lourds étrangers : Carole Delga va-t-elle enfin donner raison au Front National ?

Logo_OccitanieGroupeCommuniqué de presse de Julien Sanchez, Président du groupe des élus FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

Dans un article du 9 octobre, un média régional nous informe de ce que Carole Delga, présidente

Dans un article du 9 octobre, un média régional nous informe de ce que Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, souhaiterait instaurer une taxe sur le transport routier en transit européen, afin de financer la construction de la LGV. En clair, il s’agirait de faire payer les milliers de camions étrangers qui empruntent chaque jour les routes de notre région.

Si la nouvelle se confirmait, nous soutiendrions bien sûr ce projet, si et seulement s’il ne concernait que les poids-lourds étrangers qui traversent notre région. Nous refuserions, en revanche, tout projet de “nouvelle” écotaxe, qui frapperait aussi les transporteurs français. Ces derniers subissent en effet déjà une fiscalité très lourde, en plus de la concurrence déloyale venue de l’est de l’Europe.

En réalité, cette mesure de taxation des camions étrangers empruntant les routes de notre région, le Front National la propose depuis plusieurs années, et Marine Le Pen la défendait même lors de l’élection présidentielle. Voir Carole Delga rejoindre nos idées serait pour nous une satisfaction. Ce serait même un heureux étonnement car au cours de l’Assemblée plénière du conseil régional du 26 mai 2016, nous avions proposé au Conseil Régional d’adopter cette mesure. A l’époque, Carole Delga et sa majorité avaient alors curieusement voté contre, au détriment de l’intérêt des habitants de notre région.

Malheureusement pour Carole Delga, instaurer une taxe dont seraient exempts les transporteurs français irait à l’encontre des règles de l’Union européenne : aura-t-elle dans ces conditions le courage d’aller jusqu’au bout malgré tout ? Oui à la taxation des camions étrangers en transit, non à la taxation des transporteurs français !

Fin des éditions locales de France 3 : En marche vers un « jacobinisme régionaliste » !

VisuelCommuniquéF3SuppressionLocale-1-768x460Communiqué de presse des élus du Groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

France 3, « la chaîne de télévision de proximité du service public », vient d’annoncer la suppression de ses décrochages locaux. En Occitanie, les éditions locales du Tarn, du Pays Catalan, du Pays Gardois et du Quercy-Rouergue vont ainsi disparaitre en 2018.

Outils essentiels de l’information de proximité, ces éditions locales sont un rendez-vous quotidien important pour de nombreux Français. Loin des prétextes budgétaires, leur suppression s’inscrit dans une volonté politique de régionalisation à outrance et de déracinement des populations.

Julien Sanchez, Président du groupe FN RBM, et les élus du groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie désapprouvent cette décision, apportent leur soutien aux journalistes et salariés des éditions locales de France 3 et se joignent au Député Louis Aliot pour demander à la direction de France Télévisions de maintenir ces éditions locales.

Conférence des territoires : J-G Remise répond au 1er Ministre et au Préfet de l’Aveyron

 

Aides au Bio : face à l’abandon de l’Etat, la Région doit réagir !

occitanie, bio, conseil régional, delga, FN, agriculture

occitanie, bio, conseil régional, delga, FN, agriculture

Communiqué de presse de Jean-Guillaume Remise – Vice-Président du groupe FN RBM et de Jean-Luc Yelma – Conseiller régional, membre de la Commission Agriculture

C’est un nouveau coup dur pour l’agriculture biologique. Après les plafonnements rétroactifs des aides régionales 2015 et 2016 mis en place par Carole Delga, voici que son collègue socialiste et actuel Ministre de l’Agriculture Stéphane Travert vient de décider de supprimer les aides de l’Etat au maintien de l’agriculture bio.

Alors que le secteur connaît une explosion de conversion (+10 % en 2016) et de consommation (+20 % en 2016), cette décision risque de mettre en danger une grande partie des agriculteurs ayant fait le choix du bio en leur faisant perdre, selon la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, jusqu’à 50 millions d’euros d’aides.

Cela s’inscrit malheureusement dans la longue tradition des politiques socialistes basées sur le changement constant des règles du jeu, l’absence de vision à long terme et la confiance aveugle dans la fameuse « main invisible » régulatrice des marchés financiers. Les agriculteurs ont besoin de stabilité, de visibilité et de protection !

Face à cette menace, qui prouve une nouvelle fois que les socialistes sont les ennemis de l’agriculture biologique, les élus du groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie demandent à la Région de réagir pour compenser la participation de l’Etat et permettre le versement des aides Feader.

A Lunel, l’imprégnation islamiste est une réalité : ne nous voilons pas la face !

tr_46855Communiqué de presse de Julia PLANE Conseillère municipale de Lunel Conseillère régionale d’Occitanie

Un journaliste, originaire de Lunel, vient de publier avec un de ses confrères une enquête, « Le chaudron français », sur la radicalisation islamiste gangrenant la cité Pescalune depuis plusieurs décennies, en pointant notamment la responsabilité des dernières équipes municipales.

Communautarisme, délinquance, abandon des politiques d’assimilation, hypocrisie des partis de gauche… Les constats implacables mais tristement réels du journaliste Jean-Michel Décugis sont établis depuis des années par le Front National. Les pouvoirs publics nationaux et locaux, de droite comme de gauche, ne peuvent se départir de leurs responsabilités : leur complaisance, leurs arrangements électoralistes, leur laxisme ont creusé le terreau de l’islam radical dans de nombreuses communes du pays. A Lunel, ils ont, bel et bien, acheté une paix sociale illusoire !

Ce n’est pas le langage de vérité qui nuit à Lunel mais bel et bien ces cohortes de djihadistes qui partent combattre sous la bannière de l’État islamique et qui font de notre ville une pépinière d’islamistes !

La campagne de communication comme les cris d’orfraie du maire de Lunel n’y changeront rien. Ne nous voilons plus la face. Nous incitons les Lunellois à faire confiance au Front National, seul parti à apporter les bonnes réponses face au fardeau que subit Lunel : retour à une politique d’assimilation, fin de l’immigration massive, expulsion définitive des fichés S étrangers et binationaux, fermeture des mosquées radicales, restauration des contrôles aux frontières nationales.
Lunel

Carole Delga 1 000 fois plus généreuse avec les migrants qu’avec nos compatriotes ultramarins !

Logo_OccitanieGroupeCommuniqué de presse de France Jamet Présidente du groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie 

Alors que les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélémy viennent d’être frappées par une catastrophe naturelle sans précédent et que les dégâts provoqués par le passage de l’ouragan Irma dépassent les 300 millions d’euros, Madame Carole Delga annonce une « aide d’urgence » de 50 000 €.

Si les élus du groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie approuvent ce geste de solidarité, ils ne peuvent se satisfaire du montant dérisoire de cette aide.

En effet, rapportée à la population globale de nos compatriotes ultramarins de ces deux îles, cette « aide d’urgence » représente un peu plus d’1 € par personne.

A titre de comparaison, rappelons-nous qu’en 2016, la même Carole Delga avait décidé de doubler l’aide de l’Etat en versant aux communes 1 000 € par migrant accueilli.

Voilà donc comment Madame Delga gère l’argent public : elle préfère donner 1 000 fois plus aux clandestins qu’aux Français. Pour le Front National, il faut faire exactement l’inverse !

Législative 2ème Circo Aveyron : l’affiche de Bruno LELEU

affiche LELEU

Législative / Présidentielle – André AT méprise et trahit les électeurs de sa famille politique

Decaz1COMMUNIQUE DE PRESSE de Bruno LELEU – Chargé de mission FN Aveyron et candidat à la législative sur la 2ème circonscription.

À droite, la consigne de vote appelant à voter pour Emmanuel Macron ne fait pas l’unanimité chez les élus, moins encore chez les électeurs.

L’héritier de François Hollande a trouvé dans la 2ème circonscription de l’Aveyron un soutien en la personne de André AT.  Le candidat LR à l’élection législative indique qu’il votera pour le fils spirituel de Hollande au 2nd tour : Emmanuel Macron.

Si le Front National considère que le résultat du 1° tour acte le remplacement du clivage gauche-droite par un clivage mondialistes-patriotes, Mr AT qui se proclame « gaulliste » fera rire ceux qui comme nous sont attaché à la souveraineté nationale et populaire.

Investi par ce qu’il reste des LR/UDI pour les législatives 2017, le nouveau disciple de Macron devrait plutôt revendiquer l’étiquette « En Marche »  pour ces élections, parti en totale adéquation avec la ligne politique ultra libérale et eurobéate qu’il défend au quotidien.

Dans 15 jours nombre d’électeurs de F. Fillon préféreront la candidature patriote de Marine Le Pen à celle du mondialiste Emmanuel Macron, ils nous le disent massivement. En Juin, aux législatives, ils auront tout intérêt à faire ce choix dès le premier tour et à éliminer AT le macroniste. Le maire de Crespin est finalement un candidat « En Fuite » et le perpétuateur du système qui a affaibli notre pays depuis 5 ans.

ITW de Bruno Leleu dans l’Hebdo : “Si les Français ne veulent pas être cocufiés une 2ème fois, ils doivente voter pour Marine Le Pen”

PART_1493364182767

Marie-France Garaud votera Marine Le Pen

6a00d83451619c69e201b8d27c9120970c-800wiGaulliste historique, ex-conseillère de Georges Pompidou, elle explique au Figaro :

Quel est l’enjeu de cette présidentielle ?   

La souveraineté française. C’est-à-dire, notre liberté.

Comment jugez-vous les programmes des deux candidats ? 

J‘ai le sentiment que Monsieur Emmanuel Macron n’a ni amour-propre, ni lucidité. Il étale ses faiblesses avec un extraordinaire masochisme. Il a un petit côté chien battu. Il ne respecte pas la France et il est même en train de détruire le support de son existence politique.

Mais ne propose-t-il pas un projet ?

 Il n’a pas de programme économique. Il ne peut pas en avoir parce que nous ne sommes plus qu’un territoire à l’intérieur de l’Union européenne. Il faut sortir de là le plus rapidement possible, quel qu’en soit le coût, car mieux vaut la liberté que l’esclavage.

Est-il réellement possible de sortir de l’UE ?

Oui, parfaitement. Il suffit de décider ce que nous voulons. À la fin de la guerre, deux hommes avaient compris cela : De Gaulle et Churchill, qui n’a jamais aliéné les pouvoirs de son pays. Nous assistons à une tentative de domestication des pays européens, nous sommes placés devant l’éventualité d’un IVe Reich.

Comment la France doit-elle s’adresser à l’Allemagne ?

Elle n’a rien à lui dire. Elle doit sortir de l’UE et ensuite, elle pourra échanger d’égal à égal.

Quel regard portez-vous sur cette présidentielle 2017 ?

Nous n’avons plus d’État. Le quinquennat qui s’achève aura été inexistant et je note une carence historique extraordinaire chez nos dirigeants. Aujourd’hui, l’économie et la finance veulent remplacer la souveraineté. Cela est impossible.

Marine Le Pen tient exactement le même discours que vous sur l’UE…

Cela prouve qu’elle a lu ce que j’ai écrit. Je n’ai jamais rencontré Marine Le Pen. Nous avons échangé, jeudi, par téléphone. Aujourd’hui, elle est la seule candidate qui n’est pas pieds et poings liés devant les Allemands. Manifestement, elle est la seule à avoir le tempérament pour rétablir la souveraineté de la France. Elle a, je crois, le sens de l’État au point de préserver notre nation.

On vous accusera de faire le jeu de l’extrême droite à la veille de la présidentielle…

 Quelle est la caractéristique de l’extrême droite aujourd’hui ? Je n’en vois aucune.

Et qu’est-ce que représente le Front national en dehors de Marine Le Pen ?  

Les partis politiques ont une importance et une influence mineures. Les Français savent être plus rebelles que cela.

Dans la rue, un vent d’hostilité souffre contre Marine Le Pen mais aussi contre Emmanuel Macron. 

Comprenez-vous les peurs de ces Français ?

Oui, on peut les comprendre. Ils ne se sentent pas gouvernés et ils ne le sont pas.

Que répondriez-vous aux partisans d’Emmanuel Macron s’ils vous reprochaient d’avoir une vision politique passéiste ?  

Mais qui est Emmanuel Macron ?”

Haut de page