Articles taggés banlieue

Carte scolaire 2018 : discrimination à l’encontre des écoliers de la ruralité

 

Visuel_CdpCarteScolaire_RuralitéOubliée_Version2 (1)Communiqué de presse des élus du groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine au Conseil régional d’Occitanie

 

La rentrée scolaire 2018 s’annonce compliquée pour les écoliers d’Occitanie et leurs familles, avec la prévision de nombreuses suppressions de classes et de fermetures d’écoles dans plusieurs départements. Emmanuel Macron, qui avait déclaré le 17 juillet 2017 qu’ « il n’y aura plus aucune fermeture de classes dans les zones rurales », renie ses engagements.

 

Le dédoublement des classes de CP et de CE1 dans les établissements d’éducation prioritaire (REP et REP+) à la rentrée 2018 nécessite des créations de postes dans les écoles des quartiers prioritaires de la Politique de la Ville. Cette réforme non financée entraîne, par compensation, la fermeture d’écoles rurales et l’élargissement des regroupements pédagogiques intercommunaux (RPI). Résultat : les élèves de la ruralité se retrouvent dans des classes surchargées et les trajets sont rallongés, notamment en zone de montagne, au moment où les taxes sur les carburants augmentent.

 

Le Gouvernement utilise la ruralité comme variable d’ajustement au risque d’aggraver la désertification rurale et de dévitaliser nos bourgs. Sans école au milieu du village, la ruralité et son mode de vie sont condamnés à disparaître.

 

Le groupe FN-RBM condamne cette politique injuste consistant à faire des 31% de nos compatriotes ruraux d’Occitanie des citoyens de seconde zone. Il alerte également sur l’hypocrisie des élus LR s’érigeant en défenseurs des écoles rurales à grands coups de communication alors qu’ils ont soutenu un candidat à la Présidentielle voulant supprimer 500 000 postes de fonctionnaires et qu’ils ont contribué à l’élection d’Emmanuel Macron en connaissance de cause.

 

Attaché à l’égal accès de tous les enfants de la région à l’éducation, le Front National demande l’arrêt de la suppression des postes d’enseignants dans nos campagnes. Il plaide pour l’instauration d’un bouclier rural consistant à verser un euro pour la ruralité lorsqu’un euro est investi en faveur de la Politique de la Ville.

 

Le Qatar contre l’intervention française au Mali : les élites françaises au pied du mur

Communiqué de Presse de Marine Le Pen – Présidente du Front National

La dénonciation par le Qatar de l’intervention française au Mali confirme le rôle terriblement pervers de ce pays qui aux quatre coins de la planète soutient les forces islamistes, en particulier en Libye et en Syrie.

Si le Qatar ne veut pas que la France s’engage au Mali, c’est parce qu’elle vise à y déloger les éléments les plus fondamentalistes, alliés de l’émirat partout dans le monde.

Les dirigeants politiques français PS et UMP, devenus ces dernières années les grands amis et défenseurs du Qatar, multipliant les aller-retour dans ce pays au point que Doha est aujourd’hui la capitale de villégiature des élites françaises, doivent maintenant clairement faire leur examen de conscience. Par sottise, aveuglement ou cupidité, ils ne cessent de faire la publicité d’un pays qui joue contre nos intérêts nationaux et pour l’expansion mondiale de l’islamisme radical et violent.

Marine Le Pen dénonce très solennellement la soumission indigne des élites françaises à ce pays, qui en quelques années a multiplié les initiatives pour mettre la France sous tutelle : prises de participation dans des entreprises stratégiques (Lagardère, Total, Vinci, Vivendi, etc.), actions de prosélytisme dans nos banlieues à destination d’une jeunesse d’origine musulmane, pressions très fortes sur notre diplomatie dans le sens d’un soutien aux forces djihadistes en Libye puis en Syrie, armement et financement de ces milices islamistes.

La France doit officiellement prendre ses distances avec le Qatar et dénoncer tout aussi officiellement les pratiques de cet émirat, contraires à ses valeurs, ses traditions, ses principes et ses intérêts.

Qatar / Banlieue : Marie-Christine Arnautu (FN) débat dans « Grand Paris »

Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du Front National chargée des Affaires sociales était l’invitée de l’émission débat « Grand Paris » animée par Caroline Brun sur BFM Business.

 « Le Qatar au secours de la banlieue ? »

 

Haut de page