Articles taggés débat

Bruno LELEU (FN) était l’invité de CFM Radio

A un moment où les partis politiques veulent paraître dépasser la base strictement adhérante, où certains souhaitent pouvoir remettre en cause la légitimité des élus, où pourtant on gomme les ébauches de démocratie participative et alors que l’on constate des résistances aussi vaines que violentes au moindre projet de loi ou de construction, Claude de Vesins vous propose de débattre sur la façon dont est pris en compte la volonté des citoyens notamment sur les projets d’aménagement.

Cliquez sur l’image pour écouter l’émission

TO141216-300x173

Qui doit être pris en compte, les contribuables, les riverains, les utilisateurs, les défenseurs de certaines causes?
Les dispositifs prévus, comme les enquêtes publiques, sont ils respectés et respectables?
Comment faire pour que le perfectionnement de la démocratie ne livre pas cette dernière aux groupes de pression défenseurs d’intérêts spécifiques ?

 

Les participants pour cette édition sont :

- Europe Ecologie – Les Verts : Guy Pezet
- Front National : Bruno Leleu
- Parti Communiste Français / Parti de Gauche : Angelo  Andreotti
- Part Radical de Gauche  : Jean-Sébastien Orcibal
- Parti Socialiste : Georges Ginisty
- Union des Démocrates et Indépendants : Bernard Morre
- Union pour un Mouvement Populaire : Laurent Tranier

Laurent Bourrillon, responsable FNJ 12 en débat sur CFM Radio

Laurent Bourrtillon, responsable FNJ Aveyron participait à un débat sur CFM Radio

Thématique :

Quelle appréciation, locale et nationale, portez vous sur les reports, les fusions et les distinctions d’élections locales auxquelles nous assistons depuis un certain temps?

Evidemment au travers des changements de calendrier électoral la question

de la pertinence des délimitations géographiques est aussi posée.

cliquer sur l’image pour écouter l’émission

TO141028-300x158

Autour de Claude de Vesins :

  • Angelo ANDREOTTI pour le Parti Communiste Français /Front de Gauche

  • Christophe POURCEL pour l’Union Démocrates et Indépendants

  • Jean-Louis CALMETTE pour l’Europe écologie – Les Verts

  • Laurent BOURRILLON pour le Front National

  • Laurent TRANIER pour l’Union pour un Mouvement Populaire

Marine Le Pen était l’invitée de BFM-TV

BFM Politique: Marine Le Pen, présidente du Front National, répond aux questions d’Apolline de Malherbe sur le programme du FN pour les élections européennes qui se dérouleront du 22 au 25 mai prochain, la commémoration de l’abolition de l’esclavage, et sur le nouveau Premier ministre Manuel Valls.

 



Marine Le Pen répond aux questions d’Hedwige Chevrillon sur le programme économique proposé par le FN notamment la sortie de la France de la zone euro et de l’Union Européenne.

 



Marine Le Pen répond aux questions d’Anna Cabana du Point.

 


Marine Le Pen et Geoffroy Didier, candidat UMP aux européennes 2014

 


L’After RMC: Marine Le Pen, présidente du Front National, répond aux questions de Véronique Jacquier

 

BFM Politique: L’After RMC: Marine Le Pen… par BFMTV

La « godwinisation » du débat européen

Godwin1-300x171On assiste, depuis longtemps déjà, à une sorte de « godwinisation » du débat public, notamment du débat européen. Cette « godwinisation » aboutit à ce phénomène presque systématique : on est disqualifié aussitôt que l’on tente de mettre en cause le bien fondé de la construction européenne. Ou même seulement d’en pointer les faiblesses. Exprimer un désaccord, oser formuler un doute équivaudrait, selon certains, à « faire le jeu des extrêmes ».

C’est que l’Europe telle qu’elle s’est construite fait la part belle à deux choses étonnamment complémentaires : la technique d’une part, la morale d’autre part. C’est au nom de la seconde qu’il apparaît indécent de pointer les errements de la première.

Il semble en effet que la politique ait déserté notre continent. Non seulement on est en panne de volontarisme, mais on est même en panne de projet, en panne de dessein collectif, en panne d’idée directrice susceptible de mobiliser le corps social. La construction européenne actuelle est un édifice littéralement post-politique. C’est pour cela que technique et morale y règnent sans partage.

D’abord la technique :

Son omniprésence est évidente dans cette Europe qui est avant tout est une Europe de l’économie et du droit. Le fait que l’euro, monnaie fédérale créée sans qu’existe préalablement un Etat fédéral, soit considéré comme la réussite européenne majeure, en est un signe. On a cherché à fabriquer une Europe instrumentale, en s’imaginant que la mise en commun d’un outil monétaire suffirait à créer du lien, à générer du sentiment d’appartenance. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le résultat est mitigé !

On a également multiplié les institutions à caractère technique, pour ne pas dire technocratique, comme la Commission européenne, la Banque centrale, la Cour de justice de Luxembourg. Certaines, notamment la BCE ont conquis une très grande autonomie. Mario Draghi est un homme puissant. Sa voix a du poids. A l’été 2012, au plus fort de la crise des dettes souveraines, il a suffit qu’il dise qu’il ferait « tout ce qui est nécessaire » pour sauver l’euro pour qu’immédiatement, les marchés soient apaisés. C’est là une prouesse qu’un chef d’Etat ou de gouvernement de l’eurozone aurait été incapable d’accomplir.

Mais la question suivante se pose alors : si le patron de la Banque centrale européenne possède une indéniable légitimité technique, quelle est sa légitimité démocratique ? Est-il élu ? En aucune façon. Devant qui est-il responsable ? On ne sait pas. De quel intérêt général est-il garant ? On l’ignore tout à fait.

Mario Draghi est un technicien, un expert. En dépit du poids considérable que l’institution qu’il dirige et lui-même ont acquis au sein de l’eurozone, il n’est en aucune façon un responsable politique.

Ensuite la morale :

Evidemment, l’effarante primauté accordée, au sein de notre Europe, à la technocratie, est difficile à admettre et à faire admettre. Elle heurte violemment la conscience démocratique des populations. Ainsi a-t-on trouvé, pour rendre cet état de fait acceptable, un habile stratagème. On a enrobé tout cela dans un discours enjôleur et moralisant.

Et l’on abuse du recours au lyrisme et de l’énoncé de grands principes, évidemment incontestables : l’Europe c’est « l’Union des peuples libres », c’est « le respect de la dignité humaine ». L’Europe c’est « la Paix ». De sorte qu’il devient éminemment suspect de formuler une critique. Qui prendrait le risque, en effet, d’apparaître comme un adversaire de la Paix ? Ou de la dignité humaine ? Ou de l’amitié entre les peuples ?

Voilà donc pourquoi la technique et la morale marchent ensemble. L’une sert à rendre l’autre présentable. Mieux : la morale sert à disqualifier tout adversaire putatif du triomphe de la technique et à décourager, en les faisant apparaître d’avance comme scandaleux, tous ceux qui oseraient questionner certains dogmes.

Hélas, tout ceci n’a finalement qu’une conséquence : l’atrophie du débat, elle-même caractéristique de la mort du politique.

Source : le blog Europe de La Croix

Annulation d’un débat à Sciences-Po : quand les Verts et l’extrême-gauche confisquent le débat démocratique !

Florian-PhilippotCommuniqué de presse de Florian Philippot, Vice-Président du Front National

Invité ce soir par l’association Europeans Now à participer à un débat sur l’Europe à Sciences-Po Paris, en présence des représentants des autres partis politiques, Florian Philippot déplore l’annulation de cet événement qui révèle l’état lamentable de la démocratie dans notre pays.

Florian Philippot condamne les pressions scandaleuses exercées sur les organisateurs par certains syndicats de gauche non-représentatifs des étudiants de Sciences-Po, associés à l’extême-gauche la plus radicale et ultraviolente, en vue d’empêcher la tenue d’un débat démocratique.

Florian Philippot condamne avec encore plus de vigueur l’attitude indigne de la représentante d’EELV, Mme Danielle Auroi, qui, bien qu’informée de notre invitation depuis plusieurs jours a fait chanter les organisateurs en conditionnant sa présence ce soir à l’exclusion arbitraire du Front National. Nous exigeons de Mme Auroi des excuses immédiates, tant pour le manque de respect à l’endroit de nos millions d’électeurs, que vis-à-vis des organisateurs dont le travail est aujourd’hui réduit à néant.

Nous l’exprimons avec gravité : pour qui se prend cette illustre inconnue pour se croire autorisée à décider de qui peut s’exprimer et qui doit se taire dans notre République ? Depuis quand l’exercice du débat démocratique doit souffrir les conditions particulières d’un parti qui représente moins de 2% des Français ? Si les faux écologistes d’EELV refusent la pluralité des opinions, cela les regarde, mais ils n’ont aucunement le droit d’empêcher les autres partis politiques de débattre dans un cadre démocratique serein.

Florian Philippot tient à saluer la réaction honorable des représentants d’Europeans Now pour n’avoir point cédé au petit chantage de Mme Auroi, et les assure de sa disponibilité à participer dans l’avenir à un prochain débat.

Marion Maréchal-Le Pen était invitée au Carré Parisien sur le thème “Engagés à 20 ans”

Lundi 15 juillet 2013, Marion Maréchal-Le Pen était invitée au “Carré Parisien” pour une soirée débat ayant pour thème “Engagés à 20 ans”.

Il s’agissait d’expliciter les raisons pour lesquelles la jeunesse doit s’engager en politique. Marion Maréchal-Le Pen y était naturellement conviée. Elle a pu développer sa vision de l’investissement politique de la jeunesse, au travers de son parcours, son analyse et le développement de son projet au service de la France.

France 2 : Marine Le Pen est l’invitée de l’émission “des paroles et des actes” à 20h45

David Pujadas accueille Marine le Pen, Présidente du Front National, pour évoquer avec elle la progression des thèses du Front national dans l’opinion française. Selon un baromètre annuel de TNS-Sofres publié mercredi 6 février, 32% des Français se déclarent en effet «tout à fait» ou «assez» d’accord avec les idées défendues par le parti frontiste. Sur le plateau, Marine Le Pen commente le résultat de ce sondage et répond aux question des journalistes présents sur le plateau. Elle est également soumise à un face-à-face contradictoire avec plusieurs invités issus d’autres formations politiques.

 

Intervention de Marion Maréchal-Le Pen en Commission des affaires culturelles

Marion Maréchal-Le Pen est intervenue en Commission des affaires culturelles, le mercredi 13 février.

Marine Le Pen sera l’invitée à l’université de Cambridge cette semaine

L’association estudiantine de la prestigieuse université britannique, la «Cambridge Union Society » a convié la présidente du Front national mardi prochain.

Marine Le Pen dirige «le troisième parti politique de France». C’est «une figure très influente au sein de la droite européenne», a expliqué l’association qui dit promouvoir «la liberté de parole et l’art du débat depuis 1815».

Elle a été «désignée par le magazine Times comme l’une des 100 personnes les plus influentes dans le monde». «Que l’on soit d’accord avec sa politique ou pas, sa venue sera l’une des rares occasions pour un public britannique de se confronter directement à Mme Le Pen», a-t-elle encore déclaré.

Source

Marine Le Pen est l’invitée de “Mots Croisés” sur France 2 : L’Europe stop ou encore ?

Sur la question de l’Europe, Yves Calvi accueille à 22h55 sur le plateau Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Marine Le Pen, présidente du Front National, et Emmanuel Todd, démographe et historien. 

Haut de page