Articles taggés françois hollande

30 ans d’ans d’antiracisme : entre business, opportunisme et névrose

6Depuis les années 80, le prétendu anti-racisme a toujours été une vaste escroquerie politique et morale. Utilisé par François Mitterrand pour dresser un cordon sanitaire autour du Front National en culpabilisant les militants et électeurs de notre formation et en leur imputant un racisme aussi faux et artificiel que la sincérité des associations qu’il a subventionnées, l’anti-racisme a surtout servi de caution morale pour faire oublier les grandes affaires politico-financières dans lesquelles les socialistes étaient impliqués.

Au fur et à mesure, l’anti-racisme est devenu le combat principal d’une gauche tentée de remplacer la classe ouvrière qu’elle avait abandonnée par une nouvelle clientèle électorale d’origine étrangère. Terra Nova, le think tank du PS, l’avait définitivement scellé dans l’avant-campagne présidentielle de 2012. Le résultat, on l’a vu : les drapeaux qui flottaient dans les villes françaises lors de la proclamation de la victoire de François Hollande étaient … tout sauf français !

Aujourd’hui, nous assistons à une tentative de retour de « l’anti-racisme » qui, s’il n’a jamais disparu comme arme de terrorisme intellectuel et politique, a vu son action et sa réalité militante se résumer à ceux que l’immigration et la mondialisation n’ont jamais affectés d’un point de vue économique et social. Loin d’être un mouvement populaire et de masse, il n’a jamais motivé que les bienheureux du multiculturalisme et du dumping social.

Pourquoi de l’opportunisme ? Parce que l’antiracisme ne s’est jamais attaqué à l’une des raisons principales du racisme : l’immigration de masse et la préférence étrangère qui ont fait des Français des parias chez eux. La négation du racisme anti-blanc ou du racisme anti-français par les associations ont achevé d’alimenter ce sentiment. Au moins, pendant qu’on parle d’un racisme disparate, marginal et mythifié, on ne parle plus du marasme social que subissent en revanche réellement tous les Français, et ce quelle que soit leur origine.

Pourquoi du business ? Parce qu’entre les suspicions de détournement de fonds de SOS Racisme il y a quelques années et de France Terre d’Asile en ce moment même, sans oublier le merchandising créé autour de cette cause de circonstance, l’amour de l’autre sent tout de même un peu le pognon.

Pourquoi de la névrose ? Parce qu’il suffit d’écouter Guy Bedos comparer Marine Le Pen à Adolf Hitler il y a quelques jours pour comprendre que ces gens ne sont plus dans le rationnel mais dans la frénésie et l’hystérie maladive.

Non, le racisme n’est pas un sentiment noble. Mais l’anti-racisme tel qu’il est instrumentalisé et défendu n’est qu’un sujet de diversion parmi d’autres, une arme de chantage et de culpabilisation parmi d’autres, et un échec politique de l’UMPS parmi d’autres.

Steeve Briois
Secrétaire Général du Front National

Réaction à l’intervention de François Hollande

p style=”text-align: justify;”>Le-Pen-MarineCommuniqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Il n’y avait pas grand chose à attendre de l’intervention de François Hollande.
Mais celle-ci a permis de confirmer un fait inquiétant : le président de la République ne semble pas du tout avoir conscience de la situation économique de la France et paraît ignorer les mesures nécessaires pour son redressement.

On est frappé par le déni de réalité auquel se livre François Hollande : non, la crise n’est pas derrière nous, non, la reprise n’est pas là, non la production industrielle ne repart pas (elle a baissé de 0,4% en mai). Le président de la République vit-il dans le même pays que les Français ? Connaît-il les difficultés aujourd’hui éprouvées ? Sait-il que des millions de Français, chômeurs, retraités ou salariés pauvres, entrepreneurs en difficulté, souffrent ? Sait-il que les hausses d’impôts frappent aujourd’hui les classes moyennes et les catégories populaires ? Son autosatisfaction avait aujourd’hui quelque chose de profondément indécent.

Il n’a annoncé aucune inflexion de la politique menée depuis des décennies maintenant et qui met les Français sur la paille. Sur tous les sujets, on a le sentiment que le président s’enferme dans une doxa ultralibérale, et qu’en tous points, il continue la politique sarkozyste de soumission à des intérêts qui ne sont pas ceux du peuple français.

Il n’y a ainsi aucune réflexion sur les diktats que nous fait subir l’Union européenne, et l’austérité semble devenue l’alpha et l’omega de sa politique. Son jugement sur le protectionnisme a été très révélateur : « Penser qu’on pourrait faire du protectionnisme, ce serait d’une extrême gravité, ce serait s’enfermer ». François Hollande s’entête ainsi dans son refus des solutions pourtant appliquées par bon nombre de pays pour se réarmer dans la mondialisation. Il est dans une vision caricaturale de l’économie, et place le débat économique à un niveau très bas. Cela aussi est inquiétant.
L’optimisme du président était complètement dépassé également en matière de services publics, de défense, de fiscalité : tout va bien, et François Hollande n’a pas l’intention de changer d’un iota sa politique pourtant suicidaire.

Au final, on a le sentiment qu’il a cherché à travers cette intervention à endormir les Français, pour mieux faire passer la potion amère de l’hyper austérité, celle voulue par l’UMPS, et pour éviter de faire vivre dans le débat public les vraies solutions pour sortir de la crise, celles que défend le Front National et qui sont les seules à même de relancer l’économie française et de préserver notre modèle social.

Marine Le Pen était l’invitée des Grandes Gueules RMC

Conférence de presse de François Hollande : Vacuitas Hollandum Est, Perseverare diabolicum

Edito de Steeve Briois, Secrétaire Général du Front National

Comme l’a très justement rappelé notre Présidente Marine Le Pen immédiatement après la conférence de presse de François Hollande, il n’y a strictement rien à retenir de ces pénibles et longues minutes de vide intégral.

Alors que nos compatriotes étaient en attente de signaux forts, de propositions pour les rassurer et les assurer que leurs problèmes sont bien pris en considération, Hollande s’est réfugié derrière ses certitudes et la feuille de route établie dès son élection, sans jamais se remettre en cause, sans jamais reconnaître ses reniements – notamment sur les retraites – et sans jamais sortir de ses enclaves idéologiques.

Il est permis de se tromper – en politique c’est même inévitable – mais il est immoral et irresponsable de persévérer dans ses erreurs, notamment quand elles ont des répercussions constantes et gravissimes sur nos compatriotes. Alors que tous les voyants sociaux, économiques, identitaires et moraux sont au rouge, la persistance de François Hollande à servir plus de ventilateur de luxe que d’homme providentiel a de quoi agacer.

L’esprit de révolte qui sommeille de manière presque intrinsèque en chaque Français est en passe de se réveiller, surtout face à tant de déni, il vaudrait mieux pour les socialistes qu’ils ne se réveillent pas qu’une fois éjectés des Palais de la République.

Florian Philippot commente la conférence de presse de Hollande sur BFM-TV

Florian Philippot, Vice-Président du Front National, était l’invité de Ruth Elkrief sur BFM-TV. Il réagissait à la conférence de presse de François Hollande.

Réaction de Marine Le Pen à la conférence de presse de François Hollande

220px-Marine_Le_Pen_-_cropped (1)Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

François Hollande est désormais clairement installé dans son rôle de petit porte-parole de la Commission de Bruxelles.
Le chef de l’Etat, puisqu’il convient de l’appeler ainsi, a clairement abdiqué face aux injonctions européennes et allemandes de l’austérité à tout crin.

Alors que la Commission de Bruxelles exerce un chantage terrible sur la France en ce moment même, François Hollande s’est montré servile et déterminé à continuer d’enfoncer notre pays pour sauver les dogmes européens, avec la promesse d’une aggravation à venir de la politique suicidaire d’austérité.

Il n’y avait rien à attendre de cette conférence de presse, et il n’y a finalement rien de bon à en retenir. Nous avons la nième confirmation que la France restera sur la même politique, celle de l’UMPS, celle déjà menée avant François Hollande par Nicolas Sarkozy, c’est-à-dire une politique contraire aux intérêts du peuple et des Français.
Nous avons donc la nième confirmation, alors que la France entre officiellement de nouveau en récession, que le chômage continuera de progresser, le pouvoir d’achat de reculer, et les catégories populaires, les classes moyennes et les retraités de voir leur avenir s’obscurcir.

Tout au plus a-t-on appris la volonté de fuite en avant fédéraliste de la zone euro que François Hollande entend imposer à la France, avec la création d’un impôt européen et la mutualisation de nos dettes. Pire, sans jamais évoquer le peuple, c’est la destruction totale de la démocratie qui pointe derrière ce projet.

De même le chef de l’Etat a confirmé qu’il mettrait en oeuvre les réformes exigées par Bruxelles, en particulier la réforme des retraites, avec un nouvel allongement de la durée de cotisation, et des privatisations malheureuses.

Nos compatriotes constatent aujourd’hui avec amertume qu’en remplaçant un président du système par un autre président du système, aucun espoir ne peut se dessiner.

L’UMP qui fait mine de protester devant la politique désastreuse de François Hollande devrait quant à elle avoir l’honnêteté de reconnaître qu’elle aurait évidemment fait au pouvoir exactement la même politique, suivant de manière aussi docile, peut-être même encore davantage, la feuille de route écrite par Bruxelles et Berlin.

6 mai 2012 – 6 mai 2013 : le FN Aveyron toujours mobilisé

COMMUNIQUE DE PRESSE FEDERATION FRONT NATIONAL DE L’AVEYRON

 

Un an après l’anniversaire de l’élection de François Hollande à l’Elysée, il est désormais clair qu’aucun des engagements de campagne ne sera tenu :

Redresser la France ? Les déficits publics s’aggravent et la France s’enfonce dans la spirale de l’austérité et de la récession.

Rétablir la Justice ? Mais où est la Justice quand la hausse de la TVA Sarkozy est maintenue et quand les Français ont chaque jour le sentiment de passer après les étrangers ?

Redonner espoir aux nouvelles générations ? Quelle blague à l’heure où le chômage augmente en continu, où la refiscalisation des heures supplémentaires touche de plein fouet les classes moyennes !

Bâtir une république exemplaire ? Qu’en pensent les Cahuzac, Augier, Andrieux, Guérini, Kucheida et consorts ?

Si le 6 mai 2012 était celui de la grande illusion, le 6 mai 2013 fut pour l’ensemble du Front National départemental l’occasion d’investir la rue pour diffuser un tract établissant le vrai bilan de la gauche au pouvoir. Ce matin des équipes militantes étaient sur le marché ovin de Réquista et d’autres communes du département à la rencontre des habitants. D’autres actions sont en cours avec ce tract dénonçant la grande illusion socialiste.

Ce 6 mai, dans la rue, les militants du Front National de notre département ont démontré que face à une gauche inepte, inutile et néfaste, seul le Front National défend les Français !

Récession en 2013 : stop aux mensonges et à l’absurde austérité !

3Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Comme le Front National l’avait annoncé aux Français, c’est finalement vers une récession que 2013 s’achemine, comprise entre -0,1% et -0,5% selon plusieurs organismes officiels.

Une nouvelle fois le gouvernement aura donc menti aux Français et comme d’habitude il tardera à revoir ses propres prévisions de croissance, ce qui rend d’ores et déjà caduc le budget 2013. Chaque dixième de point de PIB d’erreur représente 2 milliards d’euros supplémentaires à trouver…
La prévision de 1,2% pour 2014 est elle-aussi totalement fantaisiste : le gouvernement a le devoir de proposer dès aujourd’hui un chiffre plus crédible, et donc plus bas.

Cette baisse du PIB, qui suit des années de croissance nulle, se traduira par une nouvelle hausse du chômage et une montée en flèche de la pauvreté parmi les travailleurs et les retraités.
Elle est le résultat direct de l’absurde austérité imposée à l’ensemble de la zone euro pour sauver à tout prix la monnaie unique et un système européen en faillite.

L’austérité tue l’économie et l’emploi, il faut donc en finir. Utilisons les armes du redressement que sont une monnaie nationale, des frontières intelligentes face à la concurrence internationale déloyale et un Etat stratège au service du patriotisme économique.

S’il était un président à la hauteur de la situation, François Hollande ferait le chemin de Berlin pour expliquer à la chancelière Merkel que la France compte se défaire de la soumission à l’Allemagne, puis le chemin de Bruxelles pour préparer l’après-UE.

Un membre de cabinet ministériel accuse : “tous savaient” pour Jérôme Cahuzac

Sous couvert d’anonymat – Le message est violent et frontal. Mais sans grande révélation. Une sorte d’édito. Dans les Inrockuptibles du 10 avril, un “membre d’un cabinet ministériel” signe une tribune totalement “off the record”. Une tribune sobrement titrée : ”Sidération”.

Ce conseiller y accuse “François Hollande, comme Jean-Marc Ayrault, comme Pierre Moscovici” d’avoir su pour Jérôme Cahuzac. « Tous savaient », écrit-il.

Très critique, l’auteur, qui signe sous un pseudonyme, parle également à la fin de cette tribune-brulot de l’intervention de François Hallande le 3 avril.

Et  qualifie le chef de l’Etat de “chef de clan” et de “mafieux”.

Morceaux choisis :

>> Affaire Cahuzac

Tous savaient. Dès le 5 décembre, jour de la révélation de l’enregistrement par Mediapart.

Quiconque avait une seule fois entendu la voix de M. Cahuzac ne pouvait douter. […]

 

Tout le monde savait. Dans les couloirs du pouvoir, il suffisait d’ouvrir les oreilles. Nul besoin d’une note de la DCRI.

 

>> “Hollande comme Ayraut comme Moscovici”

François Hollande, comme Jean-Marc Ayrault, comme Pierre Moscovici, comme tous ses collègues, ont laissé dire Jérôme Cahuzac.

 

>> Hollande, “un chef de clan”

L’homme indigné qui s’est adressé aux Français, ce mercredi 3 avril 2013, l’a fait non pour reconnaitre une erreur, exprimer ses regrets, expliquer la situation.

 

Il l’a fait pour montrer sa sidération. Celle d’un chef de clan trahi par l’un des siens. Il s’est comporté en mafieux.

 

>> “La guignolade de François Hollande”

La guignolade de François Hollande, répétant avec difficulté un texte pourtant enregistré, le regard vide, le corps raide, dressé vers un point invisible qui semble incarner la stature qu’il n’atteindra probablement jamais.

 

>> Ayrault et l’Assemblée

Puis une autre question, écrite sur mesure à Matignon pour Matignon. Et une autre réponse. Lue elle aussi. Ecrite par le même conseiller. Accompagné de gestes brusques et d’incantations dérisoires. D’applaudissements mécaniques. Une réponse comme elles s’accumulent semaine après semaine.

 Source : Le Lab Europe 1

Abdication de Benoit XIV : François Hollande est un malotru !

Pour son deuxième commentaire du jour portant sur la démission du Pape Benoît XVI, formulé à l’occasion d’une conférence de presse à l’Elysée, après un entretien avec Goodluck Ebele Jonathan, le président nigérian, le chef de l’Etat s’est aventuré sur le terrain du commentaire “amusé”.

Commentant le processus qui conduira l’Eglise à désigner un successeur à Benoît XVI, François Hollande énonce ainsi : “Nous ne présentons pas de candidat“.

Voici la vidéo de ce petit commentaire “humoristique” – si le player ne se déclenche pas automatiquement, la scène se passe à 22’15 sur la vidéo ci-dessous :


Voici l’intégralité de sa (courte) réaction :La décision de Benoît XVI suscite le plus grand respect.

 

 

Haut de page