Articles taggés islamisme

Toulouse : un policier poignardé « parce qu’il représente la France »

00_france_jamet_frontnational_rbm-2-768x768Communiqué de presse de France Jamet,
Membre du Bureau Politique du Front National
Présidente du Groupe des Elus Front National-RBM au Conseil Régional de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

Un fonctionnaire de police vient d’être poignardé à Toulouse en plein commissariat du Rempart de Saint Etienne, apprend-on par la Dépêche du Midi. France Jamet et les élus du groupe FN RBM apportent tout leur soutien au policier gravement blessé au cou comme à la policière en état de choc ainsi qu’à leur famille et l’ensemble de leurs collègues.

Scandalisés par cette agression, France Jamet et les élus du groupe FN-RBM tiennent aussi et surtout à rendre hommage au courage et au sang-froid de ces policiers et gendarmes dont les conditions de travail s’aggravent chaque jour alors qu’ils sont en prise directe et quotidienne avec cette nouvelle violence.

Toujours selon la Dépêche du Midi, « l’individu âgé de 31 ans et d’origine algérienne » aurait poignardé le policier « parce qu’il représente la France ». Les élus frontistes constatent amèrement que cet acte de terreur est encore une fois le résultat d’une immigration débridée et incontrôlée.

www.notreregion-fnrbm.fr

Twitter@groupe_FN_LRMP

Facebook : groupefrontnationalLRMP

Chrétiens : le massacre continue

En 2012, toutes les cinq minutes, un chrétien a trouvé la mort pour sa foi. C’est le bilan abominable de l’Observatoire de la liberté religieuse, organisme créé par le ministère italien des Affaires étrangères. À sa tête, le sociologue et chercheur turinois Massimo Introvigne alerte l’attention publique sur les persécutions dont sont victimes les chrétiens : « C’est devenu aujourd’hui la première urgence mondiale en matière de violence et de discrimination religieuse. Il n’existe aucune autre foi qui soit autant combattue. »

L’Afrique demeure le principal théâtre des violences interconfessionnelles. La palme revient au Nigéria, qui a vu son groupuscule islamiste Boko Haram perpétrer de véritables pogroms contre les fidèles chrétiens. En janvier, ils étaient 120 à périr sous les coups des soldats barbares qui ne cachent même plus leur volonté d’éradiquer le christianisme au sud du pays : « Nous avons attaqué simplement parce que c’est une église »déclarait Abul Qaqa, le porte parole du mouvement. Dans l’indifférence la plus totale, les médias avaient alors évoqué un conflit social. Huit mois plus tard, les mêmes hommes armés s’en étaient pris à des étudiants chrétiens, allant jusqu’à les égorger à la machette, officiellement en raison d’une élection étudiante qui aurait tourné au vinaigre.

Aussi, il faut croire que les printemps arabes, consacrés à tort comme des croisades pour la liberté, n’ont fait qu’enfanter un désir de revanche contre l’Occident judéo-chrétien. En Égypte, les coptes sont tués au nom d’un Coran accepté par certains comme uniquement guerrier. Des jours sombres sont à venir pour nos amis chrétiens.

Il est de bon ton de dénoncer l’islamophobie et de taire le reste, par un souci pusillanime de ne pas stigmatiser les musulmans français. Lorsque 85 % des tombes profanées sont chrétiennes, il est préférable de noyer le poisson en s’émouvant avec un serrement de cœur des 15 % restantes. Car la culpabilité post colonialiste n’admet pas que nous soyons plaintifs et qu’il serait bien farfelu de vouloir remettre l’église au milieu du village. (Lire la suite…)

Toulouse : une femme voilée échange insultes et coup avec les policiers

«J’en ai marre de ressentir le racisme des gens quand ils me regardent parce que je suis voilée». Hier devant ses juges, en comparutions immédiates, Linda, 27 ans, se présente plutôt calme. Mardi, à la station métro Jean Jaurès à Toulouse, une patrouille de policiers croise la route de la jeune femme. Elle porte le niqab, ce voile qui cache l’intégralité du corps de la femme sauf les yeux.

«Les policiers déclarent que vous avez crié : Je ne vous aime pas», explique la présidente Rivière. «Non. Ce sont eux qui m’ont parlé en premier», répond la prévenue. Et quand un des policiers lui a demandé d’ôter son voile car elle se trouvait dans un lieu public, des insultes ont fusé. Linda a été interpellée.

Dans le local de la police de la station, une fonctionnaire a tenté de procéder à une palpation de sécurité. Une gifle est donnée. Geste volontaire ? Les versions diffèrent, encore. «Un geste d’auto-défense. Je n’ai pas l’habitude qu’on me touche le corps», précise Linda. Pour la policière : «Ce geste était volontaire».

«Pourquoi avoir insulté les policiers ?», interroge la présidente. «J’ai été frappée pendant un an et demi quand j’habitais aux Pradettes et les policiers n’ont rien fait. Je n’aurais pas dû dire ça. Je m’excuse». Et elle poursuit : «J’ai été agressée en octobre 2011 et je porte le voile depuis novembre 2011. D’habitude, je ne porte pas le niqab, juste le voile, mais là j’étais fatiguée.»

Me Grandjean, avocat des policiers, regrette : «Elle se plaint du racisme primaire mais elle a fait preuve, ici, d’un anti-flic primaire». Linda, poursuivie pour violences et outrages à l’encontre des policiers et pas pour le port du niqab, écoute les réquisitions du procureur Farge : «Exiger le respect des autres suppose de respecter les autres d’abord». Il demande une peine de trois mois avec sursis.

Me Amiel, avocat de la prévenue, raconte l’histoire de cette femme qui «doit faire face à des difficultés à la suite d’agressions dont elle a été victime. Elle a eu une réaction épidermique, elle n’a pas voulu ce qui s’est passé».

Le tribunal a finalement condamné Linda à la peine de deux mois de prison avec sursis.

Source : La Dépêche du Midi

Haut de page