Articles taggés islamiste

Islamisme radical : un trentenaire interpellé à Rodez puis expulsé

en-aveyron-les-forces-de-l-ordre-surveilleraient-une_1005804_500x334pAprès les attentats du 13 novembre et l’état d’urgence décrété dans la foulée par le président de la République, les forces de l’ordre sont en alerte et mettent la pression sur les milieux islamistes et les personnes supposées en être proches. En Aveyron comme partout sur le territoire national! Pour preuve, après la perquisition administrative qu’ont menée les gendarmes à Saint-Affrique, dans l’hôtel où est assigné à résidence Merouane Benhamed, cet islamiste condamné à dix ans de prison en 2006 pour avoir préparé des attentats à Paris en 2001 et 2002, et que la France ne peut désormais expulser dans son pays d’origine, l’Algérie, parce qu’il y a été condamné à mort, une nouvelle opération s’est déroulée, mardi, dans l’agglomération ruthénoise.

Tout a débuté mardi lors d’un banal contrôle d’identité mené sur réquisition du procureur de la République. Selon nos informations, dans le centre-ville de Rodez, les fonctionnaires du commissariat du chef-lieu du département ont interpellé, dans la matinée, un individu âgé d’une trentaine d’années, né en Russie. Sous le coup d’une interdiction de séjourner sur le territoire national, ce dernier a alors été conduit au poste de police pour y être entendu. Lors de l’enquête, il est rapidement apparu que cet homme est connu pour être proche des milieux islamistes.

En conséquence, les policiers ont procédé à plusieurs perquisitions administratives. Celles-ci ont ainsi eu lieu, toujours dans la journée de mardi, en trois endroits d’Onet-le-Château : dans l’appartement où vivait ce trentenaire, et dans deux autres logements où il aurait indiqué avoir fait un passage lors de son séjour dans le Ruthénois. Ces trois perquisitions n’ont rien donné. En effet, comme lors de l’opération menée il y a une dizaine de jours au domicile de Merouane Benhamed, les forces de l’ordre n’ont découvert ni armes ni documents compromettants. En revanche, sous le coup d’une expulsion, le trentenaire interpellé dans Rodez a été conduit au centre de rétention administrative de Cornebarrieu, situé dans la banlieue toulousaine, à proximité de l’aéroport.

Source : Centre-Presse

Des livres de propagande islamiste en grandes surfaces

CARREFOUR ISLAMUn éditeur libanais se félicite de la réussite de son « Opération Ramadan » dans 1000 magasins partout en France.

Des incitations au djihad ou à la punition des «hérétiques» dans un hypermarché, à deux pas des cahiers de vacances… De quoi choquer plus d’un client. L’objectif de «l’Opération Ramadan» était de «montrer que les livres islamiques peuvent être vendus partout». C’est réussi. Au Carrefour de Sartrouville (Yvelines), comme dans quelque 1000 autres grandes surfaces en France, l’opération commerciale de la maison d’édition libanaise Albouraq a été «un grand succès», se félicite Mansour Mansour, son directeur. Entre fournitures scolaires et livres de cuisine, une gondole en carton présente ses best-sellers: des corans, des biographies des prophètes, mais aussi des ouvrages «polémiques», selon l’expression même du patron d’Albouraq.

Dans La Voie du musulman, éditée en avril 2014, on peut ainsi lire que l’auteur, le cheikh algérien Abu Bakr al-Jazairi, «laisse transpirer ici des solutions conformes aux exigences du monde moderne». Par exemple que «les musulmans doivent installer toutes sortes d’usines d’armement pour fabriquer tout genre d’armes en usage dans le monde ou toute invention nouvelle, même au détriment du bien-être de la nation». Ou encore que «l’hérétique» est «passible de la peine de mort». Deux pétitions, signées par plus de 18.000 personnes, ont demandé, en vain, au groupe de distribution le «retrait de toute publication incitant à la violence religieuse». Au numéro vert antidjihad, mis en place en avril par Bernard Cazeneuve pour prévenir le départ de jeunes vers des pays comme la Syrie, on raconte avoir déjà reçu plusieurs appels à ce sujet. Le ministère de l’Intérieur dit «s’occuper» de cette littérature qu’il qualifie de «salafiste classique».

Source : Le Figaro

Un prisonnier : «Si tu ne te convertis pas à l’islam, tu es un homme mort»

3356525_05f9bbf8-57b5-11e3-9b48-00151780182c_640x280Incarcéré à Fresnes (Val-de-Marne), un prisonnier a subi les pressions et menaces d’un codétenu islamiste radical avant d’obtenir un changement de cellule.Témoignage.

La religion fut son calvaire. Quatre mois après les faits, Antoine peine toujours à raconter ses soixante-douze jours de détention au cours desquels il a été l’objet de menaces de mort et d’intimidations de la part de codétenus qui voulaient le convertir de force à l’islam, synonyme, pour eux, de salut.

Son histoire débute fin mai lorsque le jeune homme écope d’une peine de prison de 5 ans pour unviol qu’il a toujours nié. <btn_noimpr>

A l’issue du verdict, Antoine est incarcéré à la maison d’arrêt de Fresnes (Val-de-Marne) dans le quartier des arrivants. Au bout d’une semaine, il est transféré dans une cellule de 9 m2, où deux codétenus l’attendent. « J’ai entamé le dialogue avec le premier mais le second, qui portait une longue barbe, a fait comme si je n’étais pas là », raconte Antoine. Une indifférence de courte durée. Au retour d’une promenade, le taiseux apostrophe Antoine.

« Il m’a demandé la raison de ma présence ici et, surtout, si j’étais croyant, relate-t-il. Je lui ai répondu que j’étais catholique mais que je n’étais pas un fervent pratiquant. Il m’a tout de suite rétorqué que c’était une erreur, car la seule religion digne de ce nom était l’islam ». Il exhibe plusieurs ouvrages religieux et enjoint son codétenu d’« oublier tout ce qu’il a appris à l’extérieur des murs, car son seul salut viendra de sa conversion à la religion musulmane ». Afin de pacifier la situation, Antoine s’engage à lire l’un de ces livres.

Trois jours après, il demande à s’entretenir avec une psychologue de la prison. « Elle a essayé de temporiser en me disant que les choses allaient rentrer dans l’ordre et que, si je demandais à être déplacé, je risquais d’être au contact de personnes encore plus violentes », se rappelle-t-il.

Au bout d’une semaine, le jeune homme sort pour la première fois en promenade. « Cinq personnes, dont mon codétenu, m’ont entouré dans un coin de la cour et m’ont menacé en m’expliquant que j’avais plutôt intérêt à lire les livres et à me convertir rapidement. »

Affolé, Antoine alerte son avocat et les responsables de détention. « Au fil des jours, on hurlait mon nom de famille dans les coursives, en me traitant de balance et en me promettant l’enfer. J’ai supplié d’être transféré au mitard, car je savais que c’était le seul endroit où je serai en sécurité, poursuit-il. Mais je suis resté dans la même cellule. J’étais de plus en plus terrorisé. Un soir, mon codétenu m’a parlé des Juifs et a proféré des injures antisémites. Je lui ai dit que, personnellement, je n’avais rien contre cette religion. Là, il est entré dans une colère noire. » Le lendemain, Antoine va payer ses déclarations. « En début de soirée, l’un des surveillants a fait entrer dans ma cellule un détenu d’à coté avec une lame d’environ 20 cm dans la main », décrit-il. Le surveillant, qui fait toujours l’objet d’une enquête administrative, est reparti en claquant la porte. Pendant une vingtaine de minutes, le jeune homme fait alors face, seul, à son codétenu et son complice : « Ils m’ont prévenu : Si tu ne te convertis pas, tu es un homme mort ».

Alertée par Antoine de ces nouvelles menaces — corroborées par d’autres témoignages de détenus — la direction de la prison décide de le déplacer dans une autre cellule, sous un faux nom afin d’éviter les représailles. Dans le même temps, une fouille de son ancienne cellule est organisée. Au milieu de téléphones portables et de puces téléphoniques, les surveillants découvrent plusieurs livres dont l’un : « Comment convertir un non-musulman ».

Antoine, pourtant, continue de subir. Quelques jours plus tard, il est battu à coups de pied et de poing par plusieurs détenus dans une coursive. Le lendemain, sept personnes soupçonnées de prosélytisme agressif, dont son codétenu, sont identifiées grâce au concours des agents du renseignement pénitentiaire . Elles ont été déplacées vers d’autres prisons. Antoine, lui, est libéré mi-septembre.

Dans l’attente de son procès en appel, il a repris son emploi dans une entreprise de transports en région parisienne. « J’ai connu la prison au sein de la prison, conclut-il. Je crois que le procès m’effraie moins que l’idée de recroiser l’un de mes codétenus ».

Source : Le Parisien

Pakistan : les islamistes saccagent un quartier chrétien de Lahore.

Feu de haine. La rage de ce militant islamiste a décuplé ses forces. Et c’est à bout de bras qu’il se prépare à jeter dans les flammes la lourde croix qu’il a portée à travers la foule déchaînée. Pendant de longues heures, le 9 mars dernier à Lahore, au Pakistan, dans le quartier chrétien de Joseph Colony, plus de 3000 musulmans en colère ont incendié une centaine de maisons, après l’arrestation d’un chrétien accusé d’avoir proféré des propos blasphématoires contre le prophète Mahomet, un crime passible de la peine de mort. Par chance, ces violences n’ont fait aucune victime car les familles chrétiennes avaient fui les lieux avant le saccage. Ce n’est pas la première fois que le pays s’enflamme après des rumeurs de «blasphème», le plus souvent démenties…


La France va-t-elle entrer en guerre contre la Syrie ?

Communiqué de presse de Ludovic de Danne, Conseiller aux Affaires européennes de Marine Le Pen

Par cette déclaration : «On ne peut pas accepter qu’il y ait ce déséquilibre actuel avec d’un côté l’Iran et la Russie qui livrent des armes à Bachar et de l’autre des résistants qui ne peuvent pas se défendre», le Ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, outre qu’il accuse et insulte la Russie, ment et prend clairement position pour le camp des rebelles islamistes. Alors que tout le monde connaît leurs exactions, ils sont eux-mêmes approvisionnés en armes par le Qatar et l’Occident via la Turquie, notamment grâce aux bases arrières d’Adana et d’Incirlik.

Cet appel inadmissible et illégal constitue une énième ingérence dans une guerre civile aux contours mal définis et qui amènera à l’islamisation définitive de cette région. Cette intrusion belliqueuse ne fera d’ailleurs que menacer directement la stabilité déjà fragile du Liban mais aussi la sécurité d’Israël. Cet amateurisme de façade prouve qu’en réalité les Ministres des Affaires étrangères en Europe sont soumis à un agenda du chaos souhaité par les mondialistes. Ces derniers cherchent à implanter leur influence dans cette région après avoir manœuvré en Tunisie, en Libye et en Egypte, autres magnifiques exemples de démocratisation « réussie »… poursuivant ainsi la même logique que Nicolas Sarkozy en 2011 qui en armant les rebelles Libyens a fourni les armes aux islamistes que nous combattons au Mali aujourd’hui.

Fidèle à ses principes de non ingérence, d’équilibre, de respect des souverainetés et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, le Front National condamne fermement ce discours guerrier tant pour l’avenir de cette région que pour les intérêts français à travers le monde.

La guerre de Sarkozy laisse les coptes de Libye seuls face aux islamistes : l’église copte de Benghazi incendiée

Des hommes armés ont pénétré jeudi dans l’église copte de Benghazi, dans l’est de la Libye, et y ont mis le feu. Cette église, qui appartient à la communauté copte (chrétiens d’Egypte), avait été déjà attaquée fin février, et son prêtre et son adjoint avaient été agressés.

«Plusieurs hommes armés sont arrivés en tirant en l’air, ont mis le feu dans l’église et sont repartis», a indiqué à l’AFP sous couvert de l’anonymat un habitant du quartier, dans le centre-ville. Selon un journaliste de l’AFP qui s’est rendu sur place peu après l’attaque, les fenêtres de l’église étaient calcinées mais aucune trace d’incendie n’était visible sur la façade. […]

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la minorité chrétienne en Libye exprime des craintes quant à la montée de la mouvance islamiste extrémiste, notamment dans l’est du pays, et à la multiplication d’attaques et d’actes d’intimidation à son encontre, ainsi que d’arrestations.

Source : La Tribune de Genève 

Le bureau national du FNJ offre des colis pour nos soldats en opérations extérieures !

Communiqué de Presse de Julien Rochedy, Directeur National du FNJ

Suite au déclenchement de l’intervention Française au Mali contre les terroristes islamistes, le Front National de la Jeunesse offre à nos courageux soldats une dizaine de colis dans le cadre de la 21eme opération FNAME-OPEX.

Le Front National de la Jeunesse tient à soutenir l’Armée Française, constituée en majorité de jeunes dont la plupart partagent avec nous le noble sentiment du patriotisme.

Loin de leur famille et de leur patrie, nos soldats se battent avec courage et abnégation pour la France. Avec notre présidente Marine Le Pen et le Front National, le FNJ les soutiendra toujours.

Lien de l’opération FNAME-OPEX en cliquant sur l’image

Agression de Viviez : L’Aveyron n’est pas un califat !

Communiqué de Presse du FN Aveyron du 25 juillet.

L’agression dont a été victime une femme à Viviez le week-end dernier, par une bande de 7 salopards qui l’ont violenté à deux reprises au motif qu’elle ne respectait pas le ramadan est proprement insupportable et inadmissible.

Le Front National a dénoncé à plusieurs reprises l’islamisme radical qui avance ses pions en France  à la faveur de l’aveuglement complice des autorités et d’une immigration incontrôlée.

L’Aveyron n’est pas un territoire préservé par ces mouvances, que chacun se le tienne pour dit. Le Front National aveyronnais espère que la justice condamnera sévèrement les auteurs identifiés de cet acte lâche, inacceptable perpétré par sept hommes contre une femme.

L’Aveyron n’est pas un califat islamique et nous serons là pour le rappeler autant de fois que nécessaire à ceux qui se croient en terre musulmane.

Rappel des faits ICI

Aveyron – Rouée de coups par sept hommes : “Tu es une mauvaise musulmane”.

Partie prenante dans l’organisation d’une fête qui s’est déroulée ce week-end à Viviez, une jeune femme originaire du Maroc, et domiciliée àDecazeville, a violemment été prise à partie par un groupe de sept hommes dans la nuit de vendredi à samedi.

Alors qu’elle circulait au volant de son véhicule pour rentrer chez elle, la femme a été coincée par deux autres voitures, desquelles sont sortis ses agresseurs. Après l’avoir rouée de coups, ils sont repartis sans rien dire.

La jeune femme serait alors rentrée chez elle avant de ressortir pour aller porter plainte et donner rapidement le signalement de ses agresseurs. C’est en se rendant au commissariat que les sept individus l’ont une nouvelle fois coincée pour la frapper encore.

Ils l’auraient aussi insultée et notamment reproché : “Tu es une mauvaise musulmane“. Et d’ajouter : “Tu es la honte de l’Islam, car tu vas faire la fête un jour de Ramadan“.

Avant de repartir, ils l’auraient copieusement menacée. Les policiers du commissariat ont ouvert une enquête.

 

Source : Midi-Libre

Elysée 2012 – Affaire de l’UOIF : heureusement que nous sommes là !

Communiqué de Wallerand de Saint Just, vice-président du Front National

Alors que le gouvernement avait accepté de délivrer des visas à deux islamistes fondamentalistes pour qu’ils puissent se rendre au congrès de l’UOIF le 6 avril, nous avons demandé hier au pouvoir de s’expliquer sur cette décision aussi irresponsable que scandaleuse, ces mêmes islamistes ayant appelé, entre autres, à l’extermination des juifs.

L’AFP ne fit aucune dépêche pour faire connaître aux Français notre mise en garde, laquelle démontrait le laxisme du gouvernement dans la lutte contre l’islam radical qui se propage en France.

Cependant, hier soir, Claude Guéant décidait subitement de rétropédaler en ne pas remettant pas de visas à Yussuf Al-Qaradawi et Mahmoud al-Masri. Et comme par hasard, tout de suite après, l’AFP se réveillait et écrivait une dépêche pour annoncer la nouvelle.

Il a donc fallu que ce soit le Front National, alerte et vigilant, qui interpelle le gouvernement sur ce scandale absolu compte tenu du contexte actuel.

Si nous n’avions pas alerté l’opinion, le gouvernement, loin de lutter efficacement contre l’islamisme, l’aurait au contraire aidé. Ceci prouve que Nicolas Sarkozy et Claude Guéant, malgré leurs effets d’annonces, sont complétement dépassés par la pénétration du fondamentalisme en France.

Haut de page