Articles taggés police

Toulouse : un policier poignardé « parce qu’il représente la France »

00_france_jamet_frontnational_rbm-2-768x768Communiqué de presse de France Jamet,
Membre du Bureau Politique du Front National
Présidente du Groupe des Elus Front National-RBM au Conseil Régional de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

Un fonctionnaire de police vient d’être poignardé à Toulouse en plein commissariat du Rempart de Saint Etienne, apprend-on par la Dépêche du Midi. France Jamet et les élus du groupe FN RBM apportent tout leur soutien au policier gravement blessé au cou comme à la policière en état de choc ainsi qu’à leur famille et l’ensemble de leurs collègues.

Scandalisés par cette agression, France Jamet et les élus du groupe FN-RBM tiennent aussi et surtout à rendre hommage au courage et au sang-froid de ces policiers et gendarmes dont les conditions de travail s’aggravent chaque jour alors qu’ils sont en prise directe et quotidienne avec cette nouvelle violence.

Toujours selon la Dépêche du Midi, « l’individu âgé de 31 ans et d’origine algérienne » aurait poignardé le policier « parce qu’il représente la France ». Les élus frontistes constatent amèrement que cet acte de terreur est encore une fois le résultat d’une immigration débridée et incontrôlée.

www.notreregion-fnrbm.fr

Twitter@groupe_FN_LRMP

Facebook : groupefrontnationalLRMP

Lettre ouverte des 67 «salopards» au Gouvernement


67Incarcérés pour rien …

Nous étions soixante‐sept. Des jeunes aux casiers intacts, des jeunes dont la politesse dispute l’honnêteté, des jeunes qui ne vont dans les commissariats que pour recourir à la protection des forces de l’ordre contre les malfaiteurs. Nous étions la France enfermée parce qu’elle veut exprimer calmement son opposition à la loi Taubira. Détention de tentes, baisers de fiancés révoltés par la répression policière, réveil citoyen ? Nous cherchons encore l’intitulé factuel qui motiva ce qu’il convient d’appeler une rafle. Dix‐sept heures, dix-sept longues heures à attendre dans un commissariat étriqué, dix‐sept heures dans la puanteur, la chaleur, l’exaspération. Incarcérés pour rien.

 

Justice à la carte !
Comment décrire ce que nous avons subi ? Des larmes de jeunes filles épuisées, la tension, l’attente. Comment concevoir que soixante‐sept étudiants soient raflés en France ? Comment concevoir que les Femen soient libérées à l’œil quand leur violence répond à notre pacifisme ? Comment concevoir que la Police charge tandis qu’un sénateur est parmi nous ? Comment concevoir cette violence de l’État contre des jeunes qui s’engagent pour leur pays ?

 

Police Politique
Nous accusons Manuel Incarcérés pour rien …Valls de détourner les forces de l’ordre de leur vocation première qui est la sécurité des citoyens, et d’utiliser ainsi le ministère de l’Intérieur à des fins purement idéologiques. Les soixante‐sept « salopards » tout à fait pacifiques furent placés en garde à vue dans le seul but de réprimer l’élan général contre le projet de Loi Taubira. Cette réaction excessive souligne l’hystérie gouvernementale au sujet d’une réforme qui, de son propre aveu, représente un véritable « changement de civilisation ».

 

Violence.
Nous accusons enfin Manuel Valls de mettre en danger la sécurité de notre pays en concentrant des policiers et des gendarmes mobiles face à des manifestants sympathiques. Nous dénonçons les excès dont nous avons étés les victimes; les jeunes filles molestées et les garçons brutalisés. De nombreux fonctionnaires des forces de l’ordre sont scandalisés par ces méthodes, qui les dégoûtent de leur vocation et éveillent leur liberté de conscience. Un vent de contestation se lève, et il risque de se changer en tempête.

 

Nous sommes le Peuple !
Vous êtes des idéologues, des penseurs d’un nouveau monde néolibéral qui ne se réalisera pas parce qu’il n’existe que dans votre esprit, dans votre vision égoïste de la civilisation, dans votre mépris du monde réel, enfermés que vous êtes dans vos dangereuses utopies. Vous essayez le passage en force des idées de Liberté et d’Égalité, au mépris de la liberté et de l’égalité réelle. Vous nous vantez le nouveau surhomme : « égalitarisé », « libéralisé », « androgyné », mais que pensez‐vous de l’homme qui veut rester lui‐même, unique et libre ? À votre impopularité grandissante, vous ne répondez que par votre ton dominateur et vous ne doutez de rien.

 

 

La vérité guidant le Peuple
C’est la vérité qui doit guider le peuple en politique, c’est‐à‐dire la conformité de la pensée avec le réel, avec le pays réel, le quotidien des français. Cette vérité que tous les manifestants portent avec paix et détermination. Nous respectons l’opinion des partisans du projet de loi, mais force est de constater que ses thuriféraires ont préféré l’affrontement au dialogue, la répression plutôt que la convivialité. Tout serait tellement plus simple pour François Hollande s’il acceptait la transparence et le référendum plutôt que les manigances et l’autisme.

 

Panique partout, Justice nulle part
L’égalité réelle c’est la justice, la considération de chacun à la mesure de son besoin. Que faites‐vous pour ceux qui ont le plus besoin de l’État ? Que faîtes‐vous pour le bien du peuple ? A la soif de liberté et de justice vous répondez par les menaces, les gardes‐à‐vue, les coups de matraques et les gazages. Ne savez-vous pas que la France a toujours refusé d’être réduite à un clan ou à un parti ? Qu’êtes‐vous sinon des chefs de clan qui divisent la France au lieu de la rassembler? Clan de la « France d’en haut » plongée dans les « affaires » mais aussi clan au service de lobbies minoritaires qui imposent leurs intérêts à la majorité de moins en moins silencieuse.

 

Nous sommes Légion
Nous les jeunes, nous avons conscience de l’issue fatale de votre politique. Nous avons conscience de l’extrême gravité de la situation de notre pays, et c’est pourquoi nous nous battons. La seule certitude que nous avons c’est qu’il n’y a qu’un seul moyen pour rassembler un peuple en politique ; la conformité de la pensée avec le réel. Nous nous battons contre cette absurde révolution anthropologique, qui achève de détruire tous les repères d’une société enracinée dans le réel, les repères indispensables à la construction d’un avenir stable et paisible pour tous. Nous nous insurgeons dans toutes les villes de France, nous désobéissons avec joie, sans haine et sans peur, parce que c’est le premier des devoirs face à un gouvernement qui bafoue les droits du peuple et conduit notre pays à la ruine à grand renfort d’illusions.

 

Nous ne lâcherons rien !
Nous ne revendiquons aucune attache politique, aucune idéologie : nous recherchons la vérité, et pour certains nous avons voté pour vous. Nous combattrons tant qu’il le faudra. Vous ne materez jamais la jeunesse de France, celle qui espère encore en la justice et le bien commun, celle qui est prête à ne rien abandonner et à tout donner pour ses valeurs. Vous pouvez user de l’intimidation, de la force et des abus de pouvoir, vous n’aurez pas notre liberté de penser ! Déterminés, on ne lâchera jamais et on ne vous lâchera pas !

 

I

Paris : Une centaine de clandestins arrêtés lundi, relâchés, arrêtés à nouveau …

Une centaine de personnes qui manifestaient mardi après-midi place Saint-Michel à Paris en demandant la régularisation des sans-papiers ont été embarquées par la police pour vérification d’identité, a-t-on appris auprès d’une source policière et des intéressés.

Lundi, une centaine de ces mêmes manifestants avaient déjà été arrêtés et emmenés au département d’investigation judiciaire (DIJ) situé rue de l’Evangile dans le XVIIIe arrondissement avant d’être relâchés en fin de soirée. Le Comité de sans-papiers de la région parisienne à l’origine de ces manifestations se dit “né dans la lutte de solidarité” avec “les sans-papiers grévistes de la faim de Lille”. Plusieurs manifestations de ce collectif ont déjà eu lieu en France ces derniers jours. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a exclu vendredi de régulariser des sans-papiers sous la pression.

Source : JDD

Haut de page