Articles taggés télé

Fin des éditions locales de France 3 : En marche vers un « jacobinisme régionaliste » !

VisuelCommuniquéF3SuppressionLocale-1-768x460Communiqué de presse des élus du Groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

France 3, « la chaîne de télévision de proximité du service public », vient d’annoncer la suppression de ses décrochages locaux. En Occitanie, les éditions locales du Tarn, du Pays Catalan, du Pays Gardois et du Quercy-Rouergue vont ainsi disparaitre en 2018.

Outils essentiels de l’information de proximité, ces éditions locales sont un rendez-vous quotidien important pour de nombreux Français. Loin des prétextes budgétaires, leur suppression s’inscrit dans une volonté politique de régionalisation à outrance et de déracinement des populations.

Julien Sanchez, Président du groupe FN RBM, et les élus du groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie désapprouvent cette décision, apportent leur soutien aux journalistes et salariés des éditions locales de France 3 et se joignent au Député Louis Aliot pour demander à la direction de France Télévisions de maintenir ces éditions locales.

Reportage France 2 sur les mairies FN : La propagande anti FN prospère sur le service public

6Communiqué de Steeve Briois, Vice-président du Front National, Maire d’Hénin Beaumont et député européen

Les six millions d’électeurs du Front National et contribuables à l’audiovisuel public ont été scandaleusement insultés par un reportage délirant, relevant de la basse propagande anti FN. La journaliste de France 2 qui enquêtait sur la baisse des impôts locaux dans les villes dirigées par des Maires Front National, a sous-entendu que ces derniers n’ont pas tenu leurs promesses de faire baisser la fiscalité locale au terme d’un an de gestion municipale. La journaliste militante n’a pas cru bon de préciser que l’objectif de baisse des impôts locaux s’étalait sur les six années de mandat, ni que d’autres communes comme Hénin Beaumont ou Beaucaire avaient fortement baissé les taux communaux des impôts locaux. Cette baisse s’est notamment illustrée par une réduction de 10% puis de 5% de la part communale de la taxe d’habitation.

Dans un contexte de cure austéritaire sans précédent, les communes gérées par les maires Front National, ont pourtant réussi le tour de force de ne pas augmenter voire de baisser la fiscalité locale tout en maintenant un haut niveau d’investissement ; et ce alors que de nombreuses communes de l’UMP et du PS ont considérablement augmenté les impôts locaux. Mais ce contexte ne semble pas intéresser outre mesure une journaliste plus soucieuse de salir les mairies FN que d’informer correctement les usagers du service public de l’audiovisuel.

Le Front National dénonce les choix éditoriaux politiquement orientés de l’émission « L’œil du 20h » présentée par David Pujadas qui viole la plus élémentaire déontologie journalistique et demande qu’il soit traité comme tous les autres mouvements politiques. Ni plus ni moins.

Louis Aliot était l’invité de Canal+

A partir de 07’40 :
Louis Aliot, Vice-président du Front National et tête de liste aux élections européennes dans le Sud-Ouest, était l’invité de Thierry Ardisson sur Canal+ dans l’émission « Salut les terriens ».

Moscovici face à Marine Le Pen : quand la mauvaise foi est érigée à la hauteur d’un principe de gouvernement

65Communiqué de Bruno Lemaire, conseiller économique de Marine Le Pen

Je n’ose croire qu’un ministre de la république française soit totalement incompétent : vu les énormités proférées par le ministre actuel de l’Economie et des Finances, on pourrait pourtant le penser. Comme ce n’est sans doute pas le cas, il ne reste qu’une explication, la mauvaise foi.

Passons sur les explications plus qu’embarrassées du ministre sur la reculade gouvernementale sur le projet de loi qui devait être proposé sur la famille et qui est repoussé sine die, dans l’attente peut être d’un coup de pouce « imposé » par la commissions européenne qui « contraindrait » le gouvernement français à proposer une loi infâme rejetée par la majorité de nos compatriotes, et évoquons seulement 2 ou 3 points économiques sur lesquels Moscovici, une fois de plus, a tenté de tromper les français.

Tout d’abord, la question des dettes : notre ministre, qui a répété plusieurs fois, tout content sans doute, qu’il parlait en tant que ministre de l’économie et des finances, a confondu sans vergogne le fait que 2/3 de la dette était détenue par des ‘étrangers’ avec le fait beaucoup plus important que seul 3% de cette dette était de droit international. Dit autrement, 97% de la dette doit être remboursée en monnaie « nationale française », l’Euro pour le moment, le franc nouveau si nous assistons à la renaissance de notre monnaie nationale.

La différence n’est pas minime, puisque l’erreur de Moscovici concerne 60 à 65 % de 1950 milliards, soit 1200 milliards bruts, ou, en supposant une dépréciation de 15% (même si Marine a parlé d’une dépréciation/dévaluation de 20%, en s’appuyant sur les chiffres de J. Sapir) l’erreur nette est de 180 milliards: une paille. Quand on pense que le ministre dit disposer de 150 000 collaborateurs à Bercy …

Autre point concernant l’épargne des français et la situation des banques. De récentes études ont montré que les 1500 milliards d’épargne des « petits épargnants français » – ceux qui ont moins que les 100 000 euros prétendument garantis par un fonds d’épargne se montant à … 2 milliards – ne pouvaient en aucun cas être véritablement garantis, en cas de faillite d’une ou de plusieurs banques.

Là encore Moscovici nie cette évidence, et la réalité que plusieurs de nos banques ont insuffisamment de capitaux « propres » – curieuse expression pour des capitaux dont on ne connait pas toujours la provenance – pour que leur survie, une fois de plus, ne dépende pas d’un soutien de l’état, et donc de nouveaux efforts demandés aux contribuables.

Je passerai sur les 70 milliards que le sauvetage – provisoire – de l’Euro a déjà coûté à la France, et dont Moscovici feint de croire à leur remboursement ultérieur – aux calendes grecques, c’est le cas de le dire – pour aborder la question du pacte de responsabilité, et des 30 ou 35 milliards que l’Etat va devoir trouver pour le financer.

En supposant que, par miracle – sans ponctionner une fois de plus les ménages français – Monsieur Moscovici trouve quelque part ce financement, comment peut-on nous faire croire que ces 35 milliards, un peu moins de 2% du PIB, vont être plus efficaces pour relancer l’économie française que ce que propose Marine, à savoir une dévaluation de 15 à 20% appuyée sur la renaissance du franc, et par là même de notre puissance économique.

Notre commerce international – qui ne date pas d’hier, et qui avait valu à la France, il y a 15 ans, avant l’Euro donc, la position de la troisième nation exportatrice mondiale – est caractérisé par 420 milliards de produits et biens exportés, et d’environ 490 milliards importés.

Cette dépréciation-dévaluation compétitive, selon les calculs de plusieurs experts – qui sont très loin d’appartenir tous au FN/RBM – amènerait notre commerce à se rééquilibrer, autour d’un chiffre export-import de l’ordre de 450 milliards d’euros, ou encore de 500 à 520 milliards de francs nouveaux. Dans ce contexte, comment Moscovici ose-t-il parler d’une France rabougrie, se repliant sur ses frontières.

Une preuve de plus que le gouvernement actuel ne croit pas à la France, et qu’il imagine qu’en dehors des diktats imposés par Bruxelles, il n’y a point de salut pour notre nation.

 

Florian Philippot était invité sur RMC

Florian Philippot, Vice-Président du Front National, était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

A partir de 11’25

Cliquez sur l’image pour écouter l’interview

 

Wallerand de Saint Just était l’invité de LCP

Wallerand de Saint Just, candidat à la mairie de Paris aux élections municipales de 2014, était l’invité de l’émission PolitiqueS présentée par Serge Moati sur LCP.

 


PolitiqueS : Hollande sur tous les fronts par LCP

Florian Philippot commente la conférence de presse de Hollande sur BFM-TV

Florian Philippot, Vice-Président du Front National, était l’invité de Ruth Elkrief sur BFM-TV. Il réagissait à la conférence de presse de François Hollande.

Louis Aliot débat dans BFM Soir “Hollande, un an aprés”

Marine Le Pen offre un record d’audience à Laurent Delahousse

En moyenne, 3.1 millions de téléspectateurs ont suivi l’échange entre le journaliste et la femme politique.

Onze ans après la 21 avril 2002 et le premier tour de l’élection présidentielle voyant Jean-Marie Le Pen accéder au second, Laurent Delahousse recevait Marine Le Pen sur le plateau de 13h15 le dimanche. Le témoignage de la leader du Front National a permis à France 2 de réaliser un record d’audience.

En moyenne, 3.1 millions de téléspectateurs ont suivi l’échange entre le journaliste et la femme politique. Les images du 21 avril 2002, les réactions dans chaque camp et l’actualité ont permis à France 2 d’atteindre 21% de part de marché sur les 4 ans et plus.

Il s’agit du record de l’émission depuis le début de l’année.

À noter que juste avant, le 13 heures animé par le journaliste avait conquis 3 millions de Français, correspondant à 19.6% du public. France 2 a pris la deuxième place des audiences, derrière TF1.

Source : toutelatele.com

Florian Philippot invité d’I>Télé

Florian Philippot, vice-président du Front National, était l’invité de Marc Fauvelle et Léa Salamé dans l’émission « On ne va pas se mentir » sur I>Télé. Il débattait face à Valérie Rabault, député PS de la 1re circonscription du Tarn-et-Garonne et vice-présidente de la commission des finances, Arnaud Champrenier-Trigano, directeur de Mediascop et ancien directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, Rodolphe Bosselut, avocat.


Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Haut de page