Articles taggés toulouse

Occitanie : Carole Delga agresse en direct un élu FN ! Du jamais vu !

Assemblée plénière d’Occitanie : pendant son intervention et sur son temps de parole, un élu FN  (Emmanuel Crenne – Conseiller régional du Lot) est agressé par la Présidente socialiste, Carole Delga.

Toulouse : un policier poignardé « parce qu’il représente la France »

00_france_jamet_frontnational_rbm-2-768x768Communiqué de presse de France Jamet,
Membre du Bureau Politique du Front National
Présidente du Groupe des Elus Front National-RBM au Conseil Régional de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

Un fonctionnaire de police vient d’être poignardé à Toulouse en plein commissariat du Rempart de Saint Etienne, apprend-on par la Dépêche du Midi. France Jamet et les élus du groupe FN RBM apportent tout leur soutien au policier gravement blessé au cou comme à la policière en état de choc ainsi qu’à leur famille et l’ensemble de leurs collègues.

Scandalisés par cette agression, France Jamet et les élus du groupe FN-RBM tiennent aussi et surtout à rendre hommage au courage et au sang-froid de ces policiers et gendarmes dont les conditions de travail s’aggravent chaque jour alors qu’ils sont en prise directe et quotidienne avec cette nouvelle violence.

Toujours selon la Dépêche du Midi, « l’individu âgé de 31 ans et d’origine algérienne » aurait poignardé le policier « parce qu’il représente la France ». Les élus frontistes constatent amèrement que cet acte de terreur est encore une fois le résultat d’une immigration débridée et incontrôlée.

www.notreregion-fnrbm.fr

Twitter@groupe_FN_LRMP

Facebook : groupefrontnationalLRMP

Régionales 2015 : Deux ex-élues UMP de Toulouse montent au Front avec Louis Aliot

Aliot-FN-Dounot-630x0

Chantal Dounot (ex-UMP) et Maïté Carsalade (ex-UDF et NC), anciennes élues à la mairie de Toulouse, figureront sur la liste Front National d’un Louis Aliot prêchant l’ouverture.

Deux anciennes figures de la droite toulousaine ont décidé d’apporter leur soutien à la candidature de Louis Aliot (FN) aux élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 en Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon. Elles se sont dévoilées, lundi 14 septembre, à l’occasion de la première conférence de presse donnée par Louis Aliot à Toulouse dans le cadre de la campagne électorale des régionales, dans une célèbre brasserie de la Ville rose.

Chantal Dounot-Sobraquès et Maïté Carsalade n’ont que très brièvement pris la parole. Le temps pour elles d’affirmer leur entier soutien à la candidature frontiste; pour Chantal Dounot-Sobraquès d’informer qu’elle a rendu sa carte de l’UMP « il y a deux ans » et à Maïté Carsalade d’indiquer qu’elle « a pris celle du FN, il y a deux ans et demi déjà ».

Chantal Dounot dans les tractations RPR/FN lors des régionales 1998

Chantal Dounot-Sobraquès est sans doute la prise de guerre la plus connue du grand public. Cette professeur des universités à la fac de droit de Toulouse fut élue à la mairie de Toulouse avec Dominique Baudis en 1983 sur le contingent RPR. Elle a participé activement aux trois mandats de Dominique Baudis, a été confirmée par Philippe Douste-Blazy en 2001 puis Jean-Luc Moudenc. Elle a siégé dans l’opposition municipale de 2007 à 2014, participant au groupe dissident formé par René Bouscatel et Marie Déqué en parallèle de celui de Jean-Luc Moudenc.

Chantal Dounot-Sobraquès fut par ailleurs longuement élue aux conseil régional de Midi-Pyrénées (jusqu’en 2010).

Après les élections régionales de 1998, lorsque Yves Censi (UDF) devait avoir recours aux voix des quelques élus du FN pour battre Martin Malvy (PS) à la présidence de l’institution, elle fut de celle qui milita fortement pour que Censi fasse alliance avec le FN. Elle organisa même une rencontre entre les deux camps. Elle n’eut pas gain de cause puisqu’Yves, et c’est tout à son honneur, n’accepta jamais cette compromission, rappelle un ancien élu de la droite régionale.

De 2008 à début 2011, Chantal Dounot-Soubraquès fut également secrétaire départementale de l’UMP 31, à l’époque de la présidence de Christine de Veyrac.

Maïté Carsalade, de Dominique Baudis au FN

Si le «ralliement» de Chantal Dounot-Sobraquès n’étonne pas forcément à droite, celui de Maïté Carsalade surprend davantage. Baudisienne jusqu’au plus profond de son âme, elle est entrée au Capitole en 1983 et aura marqué les esprits pour avoir été l’adjointe au maire en charges des affaires scolaires de Jean-Luc Moudenc et maire du quartier de la Côte Pavée, de 2004 à 2008.

Restée fidèle au centre, elle militait au Nouveau centre d’Hervé Morin avant la formation de l’UDI, s’était tenu plutôt proche de Christine de Veyrac au moment des élections municipales de Toulouse en 2014 avant… de sauter le pas vers le FN.

Louis Aliot: « Je tends la main aux électeurs de la droite »

Leurs positions sur la liste haut-garonnaise constituée par le FN pour les élections régionales restent pour l’heure inconnue. « Listes et têtes de listes seront dévoilés le 21 septembre après notre commission d’investiture », annonce Louis Aliot qui a préféré s’attarder sur sa volonté d’ouverture à droite.

Je tends la main aux électeurs de la droite, aux souverainistes, à tout ceux qui ne se retrouvent pas dans ce qui se propose aujourd’hui à droite

Et d’être convaincu que la profil de Dominique Reynié poussera la base électorale traditionnelle de la droite à s’interroger fortement en décembre prochain : « Il défend l’immigration, la GPA, l’entrée de la Turquie dans l’Europe. Qui est-il sinon un homme de gauche avec une étiquette des Républicains et de l’UDI sur le dos ? Je le crois même capable de proposer de voter socialiste au second tour en cas d’une triangulaire… »

Source : actu.cotetoulouse.fr

Municipale de Toulouse : grand meeting de Jean-Marie Le Pen avec Serge Laroze

affiche définitive meeting

invitation banquet-meeting-toulouse2014 (1)

 

Tournée de Marine Le Pen dans les fédérations : le 18 Janvier en Haute-Garonne

MLP TLSE

Toulouse : une femme voilée échange insultes et coup avec les policiers

«J’en ai marre de ressentir le racisme des gens quand ils me regardent parce que je suis voilée». Hier devant ses juges, en comparutions immédiates, Linda, 27 ans, se présente plutôt calme. Mardi, à la station métro Jean Jaurès à Toulouse, une patrouille de policiers croise la route de la jeune femme. Elle porte le niqab, ce voile qui cache l’intégralité du corps de la femme sauf les yeux.

«Les policiers déclarent que vous avez crié : Je ne vous aime pas», explique la présidente Rivière. «Non. Ce sont eux qui m’ont parlé en premier», répond la prévenue. Et quand un des policiers lui a demandé d’ôter son voile car elle se trouvait dans un lieu public, des insultes ont fusé. Linda a été interpellée.

Dans le local de la police de la station, une fonctionnaire a tenté de procéder à une palpation de sécurité. Une gifle est donnée. Geste volontaire ? Les versions diffèrent, encore. «Un geste d’auto-défense. Je n’ai pas l’habitude qu’on me touche le corps», précise Linda. Pour la policière : «Ce geste était volontaire».

«Pourquoi avoir insulté les policiers ?», interroge la présidente. «J’ai été frappée pendant un an et demi quand j’habitais aux Pradettes et les policiers n’ont rien fait. Je n’aurais pas dû dire ça. Je m’excuse». Et elle poursuit : «J’ai été agressée en octobre 2011 et je porte le voile depuis novembre 2011. D’habitude, je ne porte pas le niqab, juste le voile, mais là j’étais fatiguée.»

Me Grandjean, avocat des policiers, regrette : «Elle se plaint du racisme primaire mais elle a fait preuve, ici, d’un anti-flic primaire». Linda, poursuivie pour violences et outrages à l’encontre des policiers et pas pour le port du niqab, écoute les réquisitions du procureur Farge : «Exiger le respect des autres suppose de respecter les autres d’abord». Il demande une peine de trois mois avec sursis.

Me Amiel, avocat de la prévenue, raconte l’histoire de cette femme qui «doit faire face à des difficultés à la suite d’agressions dont elle a été victime. Elle a eu une réaction épidermique, elle n’a pas voulu ce qui s’est passé».

Le tribunal a finalement condamné Linda à la peine de deux mois de prison avec sursis.

Source : La Dépêche du Midi

FN 31 : Serge Laroze réagit à propos de l’UMP sur Fr 3 Midi-Pyrénées

Serge Laroze, Secrétaire Départemental du Front National de Haute-Garonne, réagit à la navrante mascarade de l’UMP sur France 3 Midi-Pyrénées

(à partir de 1’30) 

 

Subvention à l’UNEF : le FNJ Midi-Pyrénées crie au scandale

La Commission Permanente du Conseil Régional de Midi-Pyrénées a inscrit à son ordre du jour du jeudi 22 novembre 2012, une subvention de 25.000 € à l’UNEF, syndicat étudiant. Cette subvention servirait à l’organisation de son congrès national 2013, à Toulouse. Cette décision est vivement critiquée à droite.

Jeudi matin, le Front National Jeune s’est dit « scandalisé par ces pratiques systématiques de copinage qui mènent le PS à arroser nombre d’associations qui assurent sa propagande, avec l’argent du contribuable et ce alors que les déficits des collectivités territoriales explosent ». Un peu plus tôt, mercredi, les jeunes UMP s’étaient fendus d’un communiqué de presse virulent pour « condamner avec force et sans réserve aucune, l’utilisation de l’’argent public pour l’organisation d’une manifestation de propagande syndicale ».

Source : toulouse7.com

La soeur de Merah se dit «fière» de son frère

Dans l’émission «Enquête exclusive» qui sera diffusée ce dimanche sur M6,  Abdelghani Merah, l’aîné de la famille, et sa sœur Souad évoquent leur frère Mohamed Merah, qui les 11, 15 et 19 mars 2012 à Toulouse (Haute-Garonne) et Montauban (Tarn-et-Garonne) a abattu trois parachutistes puis trois enfants et un père dans une école juive.

Filmée par une caméra cachée, Zouad apparaît voilée, discutant à deux reprises avec son frère aîné, Abdelghani, dans un parc et une rue à Toulouse. La jeune femme, qui dit soupçonner qu’on l’enregistre, répète à plusieurs reprises être “fière” des actes meutriers de Mohamed Merah. 
«Je pense du bien de Ben Laden»

«Il a combattu jusqu’au bout (…) je pense du bien de Ben Laden, je l’ai dit aux flics, je peux te le dire à toi», poursuit-elle, en ne cachant pas par ailleurs son antisémitisme. «Les salafistes, ils agissent» dit-elle encore. «Moi et Abdel Kader (son frère mis en examen pour complicité de crimes aggravés), on soutient les salafistes. Mohammed a sauté le pas.»

 

Source : Le Parisien

Printemps de Septembre : Troubles sur le Pont Neuf

Communiqué de Franck Pech, Responsable de la communication du Front National de Haute-Garonne

Une projection culturelle de Mounir Fatmi concernant les calligraphies arabes a dégénéré mardi à 22h. Cette projection vidéo au sol aurait dû se passer sans le moindre ennui. Cependant, une femme dont les pas ont empiété involontairement sur l’œuvre projetée a été frappée par un individu. Le prétexte étant que ce dernier y voyait une offense à sa religion. D’autres personnes s’en sont mêlées. Bref, une mini-émeute auxquelles ont assistés des forces de l’ordre médusées.

Il serait bon que ce genre de projection se fasse dans un cadre privé et non dans la rue comme ça a été le cas. Ceci étant, cette femme méritait-elle un tel geste de la part d’individus ? Si on se doit de respecter toutes les religions, il convient aussi qu’elles restent discrètes. Ce type de projection doit être donc réglementé et non diffusé à un large public. En ce qui concerne l’agression de cette femme, les auteurs doivent être fermement condamnés ! On ne peut supporter de trouble à l’ordre public. Il convient d’être ferme, l’islam ne doit pas voir en la France une terre de conquête et doit respecter les règles de la République. Le Front National dénonce un prosélytisme islamique à peine déguisé.

http://www.fnj-midi-pyrenees.fr

Haut de page