Articles taggés udi

Régionale / Aveyron : Anne-Sophie Monestier, N°2 sur la liste de D. Reynié, ou la prime à l’élue fantôme !

12166437_1635778046674442_718027400_n (1)Communiqué de presse FN Aveyron du 24 novembre 2015

France Télévision vient de réaliser une étude sur le taux de présence des élus régionaux sortant durant la dernière mandature. Si le taux moyen de présence est satisfaisant en Région Midi-Pyrénées avec 90% de moyenne, il y a quelques élus qui ont totalement décrochés. Les plus mauvais élèves sont au nombre de trois. Avec respectivement Silvia Pinel (48%), Anne-Sophie Monestier (55%), Jean-Claude Luche (61%). Les aveyronnais en bonne place !

OMP_web-1-e1391154487123 (1)

La liste aveyronnaise de Dominique Reynié (tête de liste dans notre département) donne une prime à une candidate (2ème sur la liste départementale) qui fut parmi les deux élus les plus absentes dans la mandature 2010-2015 et cela sur 98 élus. Elle fait partie avec le ministre Silvia Pinel (PRG) des deux élus qui ont « séché » le plus l’assemblée du Conseil Régional de Midi-Pyrénées et de loin car une très large partie des élus ont assuré la présence que le mandat exige (≤ 90% de présence pour 70% des élus,  ≤ 70 à 89% pour 22,45% des élus et 5,10% pour ≤ 60 à 69,99% de présence).

Un élu est indemnisé pour son mandat cela rend ces nombreuses absences d’autant plus choquantes outre le non-respect du mandat confié par les électeurs.

Presence Mandature 2010 2015 CR Midi Pyrénées

Européennes : le Front national fait la course en tête !

Marine Le Pen, France's National Front political party leader, reacts as she attends their traditional rally in ParisÀ moins de trois semaines du scrutin, le parti de Marine Le Pen devance d’un point l’UMP, selon un sondage Harris Interactive pour LCP et Le Parisien. Une tendance qui se confirme sondage après sondage. Un sondage Paris-Match/Fiducial/Sud-Radio confirme lui aussi cette tendance forte en plaçant le FN à 24% d’intention de vote devant l’UMP à 22,5%.

Le Front national est-il en passe de remporter son pari d’être en tête au soir des élections européennes? À moins d’un mois du scrutin, le parti de Marine Le Pen fait la course en tête avec 22% des intentions de vote, selon un sondage Harris Interactive pour LCP et Le Parisien . Il serait talonné par l’UMP qui récolterait 21% des voix, devant un Parti socialiste à 17% qui subirait un nouveau revers électoral après les municipales de mars. En queue de peloton: les listes centristes de l’UDI et du MoDem et celles d’Europe Écologie-Les Verts feraient jeu égal (9%), suivies par celles du Front de gauche (8%).

Alors que le PS ne semble pas profiter de la popularité du nouveau premier ministre Manuel Valls, le succès du FN lui se confirme sondage après sondage. Dans les différentes enquêtes d’opinions menées entre fin mars et début avril, le parti frontiste talonnait l’UMP, à un ou deux points d’écart. Mais depuis une quinzaine de jours, les courbes se croisent. Un sondage Fiducial pour Paris-Match le 23 avril donnait ainsi au Front national une légère avance sur l’UMP, à 23% contre 22%, et un PS à 18,5%. Rebelote deux jours plus tard avec une enquête CSA pour Nice Matin et BFMTV, selon laquelle le FN obtiendrait 24% des suffrages, l’UMP 22% et le PS 20%.

À moins de trois semaines du scrutin, les listes FN et UMP se situent donc dans un mouchoir de poche. Un faible écart de voix qui traduit une incertitude sur leur ordre d’arrivée le soir du 25 mai. Face à cet enjeu, la participation sera décisive. Dans le sondage CSA du 25 avril pour Nice Matin et BFMTV, seules 35% des personnes interrogées se déclaraient «tout à fait certaines» d’aller voter. Un tiers des sondés se disaient également encore indécis sur leur vote. En 2009, le taux de participation s’était élevé à 41,31%.

Source : Le Figaro & Paris-Match

Communiqué de Gilbert Collard sur le “mariage pour tous”

52Communiqué de Gilbert Collard, député du Gard

Mardi prochain 23 avril 2013 aura lieu le vote solennel concernant le projet de loi autorisant le mariage entre personnes du même sexe.

Il est probable que ce projet de loi ne sera pas substantiellement modifié en seconde lecture par l’Assemblée Nationale. Dans ces conditions je voterai contre ce projet pour des raisons que j’ai précédemment indiquées. Je confirme le vote négatif que j’avais déjà émis en première lecture contre ce texte absurde qui exacerbe l’homophobie.

Bien évidemment, j’espère finalement que tous les groupes d’opposition (UMP, UDI) feront également preuve de la discipline de vote et du courage politique qui s’imposent.

Je m’engage, si nous arrivons au pouvoir, à peser de tout mon poids pour une abrogation du texte, sans réserve des écrits existants.

Haut de page