Articles taggés UMPS

Régionale : Les Républicains/UDI de l’Aveyron demandent de l’aide au groupe Baylet …. le clan Reynié est fébrile !

L’élu de Millau, Nicolas Lefevere, appelle à l’aide le groupe Baylet

(DDM, Midi-Libre, Centre-Presse, Journal de Millau, l’indépendant …)

pour tenter de sauver la candidature Reynié, pathétique !

 #RPS #UMPS

Lefevere

VALLS au chevet de l’UMP-LR et de Monsieur REYNIE : Le grand carnaval « républicain » commence dans notre Sud Ouest !

Louis ALiotCommuniqué de Presse de Louis ALIOT, tête de liste en région Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon

Nous apprenons ce jour que le ministère de l’intérieur sur injonction du Premier ministre a validée la très controversée candidature de Dominique Reynié, Directeur général de la Fondapol et candidat UMP-LR.

D’après l’enquête journalistique, cette décision ne repose pas sur une analyse juridique mais relève d’une validation politique, « prise au plus haut niveau de l’Etat. » Une note technique était en cours de rédaction au ministère de l’Intérieur lorsque la décision de valider est tombée.

Les doutes qui planaient sur « inéligibilité » du candidat Républicain, relayés par le Sénateur-Maire LR Jean-Pierre Grand ont été balayés par le premier ministre dans des termes éloquents : « J’ai vu Valls au Sénat, il m’a dit “Reynié nous va bien”, j’ai alors compris que le préfet ne ferait pas de zèle pour vérifier son éligibilité ».

Au regard de ce dossier sensible et des agissements autoritaires du candidat LR, l’UDI a lâché en rase campagne le candidat Républicain dans des termes éloquents : Jean- Christophe Lagarde dénonce « les turpitudes », le « mépris » et le « non respect de la parole donnée » de la part du politologue. Et ajoute « je ne connais pas de manœuvres plus politicardes. Lui qui voulait régénérer la vie politique, je trouve au contraire qu’il l’abaisse ». Pour le président de l’UDI, la région semble perdue pour la droite et le centre « par sa seule faute » et certains hiérarques centristes veulent désormais poursuivre devant les tribunaux !

La validation de la candidature Reynié, décidée sans que l’expertise juridique du ministère soit achevée, prouve la collusion qui existe entre les LR, Reynié et la gauche en prévision d’un second tour difficile et d’un accord tacite entre l’UMPS.

Manuel VALLS ne se comporte pas en républicain dans cette affaire mais en calculateur intéressé et politicien au risque d’une annulation future du scrutin qui serait catastrophique pour la région, la démocratie locale et les finances publiques.
Les électeurs doivent être informés de ces arrangements entre amis qui préfigurent les accords républicains de l’après 6 décembre !

Centre-Presse / Midi-Libre : Dominique Reynié : l’autre candidat de gauche !

CP

Régionales Nord-Pas-de-Calais 2015 : l’UMPS à l’oeuvre !

sfq

Sénatoriales : Le Front National présente ses candidats

Communiqué de presse de Bureau du Front National de l’Aveyron

 

Photo Bruno LELEU et Sandrine Perez FN senatoriale 2014 2Ce début d’année politique est marqué par un gouvernement au bord de la fracture politique et une UMP sans projets et enferrée dans des guerres d’égos. Cependant, il le sera aussi le 28 Septembre prochain par les élections sénatoriales. L’Aveyron doit élire deux sénateurs.

Le Front National présentera donc un binôme paritaire sous la bannière « Bleu Marine pour nos villes et nos villages » afin de représenter au Sénat les collectivités locales, nos territoires ruraux. En effet, Bruno LELEU (ancien tête de liste à l’élection municipale de Decazeville) et sa suppléante Sandrine Pérez ont été investis début Juillet par le Front national.

Ce sera l’occasion pour nos candidats patriotes de réaffirmer auprès des 881 grands électeurs aveyronnais notre attachement au maintien des départements face au projet de loi gouvernemental, seule entité entre l’Etat et les municipalités/ intercommunalités à même de gérer au plus près les politiques publiques mais aussi notre souhait de voir disparaitre les régions. Nous soulignerons à nouveau dans notre programme notre attachement au maintien des services publics dans les zones rurales, seul garant de l’universalité du service public et de l’égalité des citoyens face à l’effacement de plus en plus prononcé de l’Etat et la baisse récurrente des dotations auprès des collectivités. Nous affirmerons à nouveau que seuls des élus Front national au Palais du Luxembourg sont à même de se battre contre les transferts de souveraineté qui dépouillent petit à petit la France de la maitrise de son destin face à une UMPS qui valide l’ensemble des traités et directives qui nous rendent impuissants face aux défis du monde.

La France a besoin d’une alternative cohérente et crédible dans sa vision et son projet, nos territoires et les citoyens en ont besoin. Le Front national apparaît comme la seule alternative aux coteries de l’UMP et du PS qui sur les sujets structurants sont d’accord. L’augmentation significative des électeurs FN en zone rurale va se traduire dans les urnes et le 28 Septembre est une étape nécessaire pour l’accession au pouvoir et le changement de paradigme politique.

 

Nos candidats :

Bruno LELEU est Directeur commercial France auprès d’une entreprise de service
Sandrine PEREZ est Assistante de vie

Front National Aveyron
Bureau départemental

Sur l’Europe, l’UMP et le PS ne font jamais chambre à part

34Communiqué de Karim Ouchikh, conseiller de Marine Le Pen à la Culture, à la Francophonie et à la Liberté d’expression, Président exécutif du SIEL, Candidat aux européennes en Ile-de-France sur la liste d’Aymeric Chauprade

Bien que rattaché administrativement à Matignon, le Secrétariat général des affaires européennes (SGAF) est désormais piloté par l’Elysée. Cet organisme d’Etat, qui détient la haute main sur les affaires européennes, sera dirigé par l’actuel conseiller diplomatique adjoint à l’Élysée, Philippe Léglise-Costa.

Rappelons que ce haut fonctionnaire a été le directeur de cabinet de Jean-Pierre Jouyet, – aujourd’hui secrétaire général de l’Élysée -, lorsque ce dernier fut secrétaire d’État aux affaires européennes de Nicolas Sarkozy. Pour assister Philippe Léglise-Costa, deux anciens conseillers techniques du cabinet Jouyet sous le gouvernement Sarkozy, ont été choisis : Lisa Bellulo et Arnaud Magnier.

Avec ces nominations qui ne doivent rien au hasard, François Hollande entend désormais monopoliser la gestion des affaires européennes, à un mois d’un scrutin européen qui s’annonce désastreux pour la gauche : cette initiative entérine aussi à coup sûr la marginalisation politique de Manuel Valls et du secrétaire d’État aux affaires européennes, Harlem Désir, sur l’ensemble des questions qui touchent l’Europe.

Ce jeu de chaises musicales révèle surtout la connivence politique entre l’UMP et le PS sur ce même terrain européen : à bien examiner leurs parcours ministériels, force est de constater en effet que Jean-Pierre Jouyet, Philippe Léglise-Costa, Lisa Bellulo et Arnaud Magnier collaborent aujourd’hui avec François Hollande, après avoir servi hier Nicolas Sarkozy, en faisant preuve d’une égale fidélité. Cette porosité délétère, qui pèse au sein d’un personnel politico-administratif marqué du sceau de l’endogamie idéologique, confirme une fois de plus le poids considérable des solidarités européistes qui existent actuellement au sommet de l’Etat.

A quatre semaines du scrutin, les Français ne seront pas dupes de la fausse compétition électorale qui opposera sous peu une UMP et un PS que rien ne sépare sur les questions européennes. Loin de ces détestables comédies politiciennes, les listes européennes investies par le FN/RBM offriront en définitive à nos compatriotes la seule véritable alternative politique au vieux système UMPS.

L’édito de Steeve Briois “Un 1er Mai contre l’austérité”

6Jeudi prochain, comme chaque année, le Front National défilera à Paris (entre la rue de Rivoli et la place de l’Opéra) dès 9h30 pour honorer Jeanne d’Arc et les travailleurs français. Un rendez-vous indispensable pour tous les militants, au service desquels les fédérations départementales mettent à disposition des cars (cliquez ici pour connaître les coordonnées de votre fédération).

Mais au-delà de l’aspect symbolique du défilé, ce 1er Mai sera également l’occasion pour Marine Le Pen de faire passer un message politique aux Français. A moins d’un mois de l’élection européenne et alors que le gouvernement montre chaque jour qu’il n’a tiré aucune leçon de la claque des municipales, le discours qu’elle prononcera à midi est d’une importance particulière.

Important parce qu’elle exposera ses vues sur les derniers projets du PS, et plus particulièrement le plan d’austérité de 50 milliards qui visera en premier lieu les Français qui vivent de leur travail.

Important parce qu’elle dévoilera les axes de la campagne européenne du FN et mettra en garde les Français contre les mauvais imitateurs de l’UMP qui recyclent actuellement les mots d’ordre du Front National pour empêcher notre mouvement de virer en tête ce 25 mai.

Important parce qu’elle tirera un premier bilan de l’action des élus FN dans les municipalités, en insistant sur les mesures salutaires mises en place par les maires au service de la population.

Important enfin parce qu’elle montrera aux Français que même si la situation du pays est critique, il reste un chemin d’espoir ; une autre voie que celle tracée par l’UMPS qui ne sait parler que de déclin et d’eurostérité. Cette voie, nous devons être des dizaines de milliers à la tracer avec Marine Le Pen, pour un 1er Mai qui doit être historique !

Steeve Briois
Secrétaire Général du Front National

L’UMP, parti du repli, partisan du déclin

bruno-gollnisch-drapeau-europeen-et-francaisLe  sondage CSA pour BFMTV et Nice-Matin sur les élections européennes,  paru hier, confirmerait que le FN virerait en tête au soir du 25 mai. Les listes frontistes recueilleraient une moyenne de 24 % des voix, et séduiraient même   30% des électeurs de la tranche d’âge des  25-34 ans,  34% des  35-49 ans.   En seconde position, l’UMP  est créditée de 22% devant le tandem PS-radicaux de gauche (20%),  l’UDI (9%), le Front de Gauche (7,5%) et Europe-Ecologie-Les-Verts (7%). Pour autant, il s’agit comme toujours de garder la tête froide et d’appréhender cette nouvelle enquête avec le recul nécessaire. D’abord parce que la marge d’erreur reconnue par les sondeurs eux-mêmes est de plus ou moins trois points, ensuite parce ce que l’abstention, la meilleure arme du Système  en ce  qu’elle lui profite principalement, peut enrayer cette dynamique. Ce  même sondage précise  en effet que seulement   63% des personnes interrogées  se disent sûres de leur choix,  tandis que seuls 35% des  sondés   se disent  certains   d’aller voter. Plus précisément,   41% des sympathisants du PS iront voter, 40% de ceux de  l’UMP,  38% de ceux du  FN. Chacun l’aura compris le travail de mobilisation de l’électorat frontiste devra être mené avec force dans les quatre semaines à venir.

 Ce sondage CSA indique aussi que 39% des personnes interrogées affirment qu’elles voteront le 25 mai aux  pour sanctionner la gauche  au pouvoir. Une  fenêtre de tir dont l’UMP espère tirer quelques bénéfices en campant dans le rôle du seul parti crédible, dit de gouvernement,   capable de porter une alternative à la politique menée par le gouvernement et sa majorité. C’est pourquoi, sans surprise, au regard des sondages indiquant que le FN à le vent en poupe, Jean-François Copé a concentré hier ses attaques, lors de la conférence de presse de lancement  de sa campagne des européennes, contre l’opposition nationale.

  Le FN est un  «parti populiste», un gros mot dans la bouche de M. Copé,  « europhobe »,  dont les électeurs seraient des crétins puisqu’ils seraient   « moins exigeants »   que les Français qui continuent de voter pour l’UMP, avec un  «projet absurde de sortie de l’UE»,  qui «dit tout et n’importe quoi».  Les seconds couteaux, Hortefeux, Morano, Lavrilleux ont été chargés d’en rajouter  dans la description d’un Mouvement national aux idées délirantes, avec sa volonté « démagogique » de « rétablir les frontières », de  protéger nos compatriotes des ravages de la mondialisation, avec  « son programme dangereux pour l’influence de la France en Europe »

 En l’absence d’un parti souverainiste allié,  jouissant d’une certaine influence électorale,  capable de  prendre des voix au FN et/ou de les rabattre vers l’UMP, Jean-François Copé a ressorti  les formules magiques, censées dissuader l’électeur droitier, patriote de voter FN.

 Le très contesté patron de l’UMP a donc décliné des propositions, souvent peu crédibles, inapplicables, pas à la hauteur des problèmes ou des enjeux  et irréalistes dans le cadre rigide de l’Europe bruxelloise. Propositions surtout,     que la droite précédemment au pouvoir n’a jamais été en capacité de formuler et de tenter d’imposer. Certes, de Chirac à Sarkozy, la droite européiste a toujours fait sienne la célèbre formule énoncée par Charles Pasqua, « les promesses n’engagent que ceux à qui elles sont faites »…

 Au nombre de celles-ci ont été citées  une « Europe à géométrie variable »,   la fin de l’élargissement de l’UE, la réforme  l’accord de Schengen de libre circulation, la  création d’un poste de commissaire européen à l’immigration,  une politique de sanction, voire de suspension ou  d’exclusion d’un Etat qui manquerait à ses obligations concernant ses frontières,le renforcement des moyens de l’agence Frontex.

 Jean-François Copé s’est aussi saisi de cette occasion pour tacler sévèrement le vice-président de l’UMP, Laurent Wauquiez, auteur d’un  livre fourre-tout  «  Europe : il faut tout changer ». Dans celui-ci, l’homme qui expliquait   qu’il était prêt à voter PS pour faire « barrage » au FN,  se garde bien de s’attaquer  à la religion  de la monnaie unique -« il faut garder l’euro car  il nous protège » (sic) avance-t-il prudemment.  Partant du constat  évident que  la construction bruxelloise « ne marche plus »,  il  propose un «protectionnisme» européen, un retour à une Europe des six (les Etats originels, auxquels il ajoute l’Espagne à la place du Luxembourg…), la sortie de  l’espace Schengen…

 « Laurent Wauquiez a des positionnements individuels parce que populistes », «il n’y aura pas de proposition démagogique à l’UMP» a affirmé M. Copé, qui a dénoncé point par point les  vœux de ce dernier Comprendre, volens, nolens,  au-delà des propos d’estrade  et des aménagements à la marge, que l’UMP n’entend pas   remettre en cause l’effacement de la France,   sa  soumission à l’idéologie bruxelloise. Idéologie supranationale dont la philosophie, le  but ultime, est  la mise en place d’une gouvernance mondiale,   qui est par essence, Bruno Gollnisch l’a souvent évoqué,  contraire au véritable génie de l’Europe, « espace qui inventé  la liberté et  l’égalité des nations.»

Dans les faits, Aymeric Chauprade le rappelait hier en compagnie de Marine Le Pen lors de la présentation de sa liste francilienne pour les européennes, l’UMP porte la pleine responsabilité avec le PS du déclin dramatique que nous subissons.  « L’UMPS  porte le bilan d’une Europe qui a détruit les économies des différentes nations européennes, qui a produit plus de chômage, plus d’immigration, plus de fiscalité, plus de délocalisation, plus de travailleurs détachés venant concurrencer nos travailleurs en France ».

 France info le soulignait implicitement, il n’est pas étonnant que cette collusion de fait entre les deux partis européistes apparaissent de manière flagrante, puisque dans le dernier exercice,  élus de l’UMP et du  PS ont voté conjointement 70% des textes présentés dans l’hémicycle du parlement européen.

www.gollnisch.com

Européennes 2014 : Hortefeux et l’UMP vendent du rêve … le chargeur universel !!!

Les-arguments-bien-concrets-de-Brice-Hortefeux-pour-inciter-a-voter-aux-europeennesEn matière d’Europe, Brice Hortefeux se veut un homme concret. Invité de Jean-Michel Apathie sur RTL ce 23 avril, l’ancien ministre de l’intérieur a tenu à donner aux électeurs une raison bien particulière de voter le 25 mai 2014:

La quasi-totalité des français ont par exemple un téléphone portable. Aujourd’hui, quand on change de téléphone, on se balade avec des fils dans tous les sens. Et bien par décision du parlement européen, en 2017 il y aura un chargeur universel.

Et d’ajouter:

Vous voyez l’Europe ce sont à la fois des grands principes mais ce sont aussi des réalités quotidiennes.

Ils en sont là pour nous vendre l’Europe … c’est dire !

Source : Le Lab Europe 1

Explosion du coût de l’asile : stop aux règles laxistes de l’UE et de l’UMPS !

9Communiqué de Presse du Front National

Les conclusions du comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques révélées ce jour par le Figaro confirment les dérives inadmissibles et scandaleusement coûteuses de l’asile en France.

Chaque année depuis près de dix ans en France, le nombre de demandeurs d’asile augmente. La hausse avait déjà atteint 75% sous le mandat de Nicolas Sarkozy, et cette tendance se poursuit sous François Hollande. Le document dévoilé par le Figaro évalue les dépenses liées à l’asile à 666 millions d’euros cette année, ce qui est probablement une évaluation minimale et pourtant déjà insoutenable en pleine crise économique et sociale.

De surcroît, les déboutés du droit d’asile viennent la plupart du temps gonfler les rangs de l’immigration clandestine, ce qui constitue une double peine pour notre pays.

La France doit retrouver la pleine maîtrise de sa politique de l’asile, aujourd’hui cadenassée par des règles européennes laxistes sottement acceptées par l’UMP et le PS.
L’asile doit être considérablement réduit, et concentré sur les seuls persécutés politiques issus d’un nombre restreint de pays, conformément à l’esprit de cette procédure exceptionnelle. Les politiques d’hébergement obligatoire et de délivrance de l’aide temporaire d’attente doivent être supprimées.

Haut de page